La “réunionite” chez les cadres : ils passeraient près de quatre heures par semaine en réunion

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de Tarlé est une chronique de l'émission Trois heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Les cadres perdent de plus en plus de temps en réunion ! La "réunionite" est un mal français qui s'aggrave.

C'est ce que montre la dernière enquête Ifop pour le site Wisembly. En deux ans, on est passé de trois réunions par semaine à 3,5 réunions. Plus l'entreprise est importante, plus il y a de réunions.
Dans les grandes entreprises de plus de 5.000 salariés, un cadre doit participer à quasiment une réunion par jour.
La durée moyenne d'une réunion étant de 1h09.

Et pourquoi dire qu'elles ne servent à rien ces réunions ?

Ce sont les salariés qui le disent dans les enquêtes, seule une réunion sur deux est considérée comme productive.
Le problème bien souvent c'est que l'on y invite trop de monde et que, selon les enquêtes, la moitié des participants disent éprouver des difficultés à s'exprimer en réunion.
Les choses importantes, qui permettraient de faire avancer le débat, se disent donc avant ou après, dans les couloirs ou à la machine à café.
Résultat, on perd son temps en réunion.
Un signe qui ne trompe pas c’est que la moitié des participants lisent leur emails ou consultent Internet sur leur téléphone portable.

Que faudrait-il faire ? Bannir les réunions ?

Dans les pays d'Europe du Nord, il y a beaucoup moins de réunions ou alors plus ciselées, qui démarrent à l'heure, avec un ordre du jour précis.
Pour éviter qu'elles ne s'éternisent, il existe une astuce qui vient des États-Unis, faire des réunions debout, sans chaise.
Rapidement, les participants ont envie que ça se termine pour retourner s'asseoir !