Comment la politique de Trump agit-elle sur le secteur pétrolier ?

  • A
  • A
2:19
Le monde bouge est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Flambée des cours du pétrole après l'attaque de deux pétroliers, près du détroit d'Ormuz.

Un pétrolier norvégien et un autre japonais ont dû être évacués.
Le mois dernier déjà, on dénombrait quatre sabotage de navires (dont trois pétroliers).
Le détroit d'Ormuz est un passage ultra-sensible, c'est ce petit bras de mer entre l'Iran et les Émirats Arabes Unis via lequel transite 3.000 tankers chaque année, soit environ 20% de la production mondiale de pétrole (Koweit, Qatar, Arabie Saoudite, Irak). C'est donc le plus important passage de pétrole au monde.
La marine américaine patrouille m en permanence dans ce détroit stratégique, elle accuse l'Iran d'être à la manoeuvre.
L'Iran avait effectivement menacé de bloquer le détroit d'Ormuz.
Le pays est déstabilisé suite à la décision de Washington d'imposer un embargo total sur l'Iran (embargo sur le pétrole iranien) mais même sur la vie des affaires, tous les occidentaux (comme Peugeot) ont dû se retirer du pays. On a donc un risque d'escalade dans cette région ultra-sensible et ultra-militarisée.
Ce jeudi, les cours du pétrole ont bondi de plus de 3%, passant de 60 à 62 dollars le baril.
On voit comment la diplomatie très agressive de Trump rend le monde et les marchés très instables et incertains.

Est-ce que cela veut dire qu'il faut s'attendre à payer plus cher notre plein d'essence cet été sur les routes de vacances ?

Pas sûr, parce que dans le même temps un autre aspect de la politique de Donald Trump pousse les cours à la baisse. Il s’agit de la guerre commerciale menée par Donald Trump qui pèse sur la croissance mondiale et donc sur la demande de pétrole.
Du coup, les cours sont déprimés.
L'un dans l'autre, on un pétrole qui se stabilise autour des 60 dollars.
Mais, c'est vrai, la diplomatie imprévisible de Donald Trump rend ce monde plus incertain et les marchés n'aiment pas l'incertitude.
Il y a une certaine nervosité tant du côté des actions, que du pétrole. On n'est donc pas à l'abri d'une surprise.