Climat : Bruxelles planche sur une taxe kérosène qui pourrait faire décoller le prix des billets d'avion

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de Tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Axel de Tarlé, Bruxelles envisage de taxer le kérosène et le prix des billets d’avion pourraient décoller.

Oui, d'abord, première surprise, on apprend que contrairement à ce qu'on nous avait expliqué, la fameuse convention de Chicago de 1944, n'empêche absolument pas de taxer le kérosène. Donc, Bruxelles travaille sur une taxe kérosène, valable à l'intérieur de l'Europe. Une taxe de 33 centimes par litre, à titre de comparaison, pour l'essence, les taxes représentent 90 centimes. Souvenez-vous, c'était l'une des revendications des "gilets jaunes". Pourquoi surtaxer l'essence alors que le kérosène ne supporte aucune taxe, même pas de TVA.

Le ciel est un paradis fiscal pour le C02

Le ciel est un paradis fiscal pour le C02, alors qu'il y a un véritable sujet sur la pollution. Ryanair figure désormais dans le top 10 des plus gros pollueurs européens, au côté de neuf centrales à charbon. Cette taxe kérosène renchérirait de 10 % le prix du billet d'avion. Mais si le prix augmente, la demande baisse. Ainsi, avec cette taxe kérosène, la Commission européenne s'attend à une baisse du trafic aérien de 11 %.  Si des Français renoncent à prendre l'avion, cela fait moins de pollution.

Oui mais, c'est encore une taxe de plus ! Le mouvement des "gilets jaunes" a (aussi) montré un ras-le-bol des Français vis à vis de toutes les taxes !

C'est vrai, si cette mesure consiste à faire grimper les prix pour que les ménages les plus modestes ne puissent plus prendre l'avion, ce n'est pas socialement très acceptable. Sauf si - c'est justement ce qu'a montré ce mouvement des "gilets jaunes"- on utilise le produit de cette taxe (3,5 milliards d'euros par an en France) pour réorienter les passagers vers des modes de transport moins polluant. Et en France, on a une alternative : le TGV. Il est 40 fois moins polluant que l'avion. Mais parfois plus cher ! 

C'est aberrant, mais un billet de train Paris-Marseille peut coûter plus cher que l'avion. Alors justement, utilisons le produit de cette taxe kérosène pour diminuer le prix du TGV, et nous inciter ainsi à préférer le train plutôt que l'avion. C'est la fameuse écologie incitative, et non pas punitive !