Vin : la production en France remontera de 25% cette année, après un cru 2017 catastrophique

  • A
  • A
Le ministère de l'Agriculture mise sur un retour à la normale de la production.
Le ministère de l'Agriculture mise sur un retour à la normale de la production. © PETER FOREST / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
La production de vin en France devrait atteindre 46,1 millions d'hectolitres en 2018. 

La production de vin en France devrait s'élever en 2018 à 46,1 millions d'hectolitres, en hausse de 25% par rapport à la terrible année 2017, marquée notamment par une vague de gel qui avait touché l'ensemble des bassins viticoles, a annoncé vendredi le ministère de l'Agriculture.

Si le mildiou (une maladie de la vigne) a occasionné des pertes, "en revanche la canicule ne semble pas avoir affecté le potentiel de production au 20 août", indique Agreste, services statistiques du ministère, qui table donc sur le retour d'une production conforme à la normale, dans un communiqué.

Les bassins de la façade atlantique et de la Méditerranée touchés par le mildiou.  Le mildiou, parasite dont la propagation a été favorisée dans l'ensemble des régions viticoles par une série d'épisodes pluvieux et orageux au printemps, a été "particulièrement virulent dans les bassins de la façade atlantique et surtout de la Méditerranée, où il entraîne des pertes de récolte", indique Agreste.

Languedoc-Roussillon, Corse et Sud-Est seraient ainsi les seuls bassins de la production en baisse par rapport à la moyenne quinquennale.

La canicule a avancé les récoltes. La canicule, qui a touché la France, a ralenti la progression de cette maladie et entraîné des vendanges particulièrement précoces, notamment en Bourgogne, Beaujolais, Alsace et Champagne. Dans cette région, la production viticole pulvérise la moyenne des dernières années (+39%). Même constat, dans une moindre mesure, pour les autres régions touchées par la canicule.

Dans le Bordelais, le mildiou a surtout touché les Merlots mais ne devrait pas empêcher la production de retrouver des niveaux plus conformes aux habitudes, entre 5,4 et 5,8 millions d'hectolitres.

Les experts attendent toutefois la fin de la véraison, maturation des raisins qui passent du vert au rouge vif, pour évaluer plus précisément les pertes occasionnées par le mildiou.