SNCF : pourra-t-on bientôt réserver des billets en parlant à un robot ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La SNCF, qui développe ses propres technologies en matière d'intelligence artificielle, compte proposer bientôt aux utilisateurs des robots conversationnels pour réserver son billet de train en quelques mots. 
INTERVIEW

Fini de cliquer ou d'écrire... Et si vous n’aviez plus qu’à parler à un robot pour réserver votre billet de train ? C’est ce qu’envisage la SNCF, qui mise sur le développement de l'intelligence artificielle sur son site Internet, selon le directeur général de Oui.sncf, invité d'Europe 1 vendredi. "Il faut se projeter dans le monde de demain : simplement en parlant au 'bot', le consommateur pourra pré-réserver pour vous, et vous n’aurez plus qu’à vérifier et à cliquer", promet Alexandre Viros, invité de l’interview éco d’Emmanuel Duteil.

Écoutez l'interview intégrale d'Alexandre Viras à 22h20 dans le journal de la nuit d'Isabelle Millet. Le replay de l'émission est à retrouver ici.

"Plus simple et moins ennuyeux"

Aujourd’hui, les "bots", ces robots digitaux qu’on retrouve dans des boîtes de conversation écrites sur les sites Internet, sont déjà présents sur Oui.sncf. Ils permettent de repérer des horaires de billets de train, de les acheter ou encore de gérer sa réservation après-vente. À la manière d’une conversation Messenger ou WhatsApp, il suffit de lui écrire dans la conversation en ligne, et il répond en fonction de la demande. "Sur notre site on peut discuter avec le 'bot', lui dire de partir demain à Bordeaux, l’interaction est plus simple et moins ennuyeuse que de remplir un formulaire", explique Alexandre Viros.

bot 2 exempke

©Capture d'écran oui.sncf

Développer ses propres technologies

"Ça marche très bien, ça démarre très vite, la croissance est très forte", assure Alexandre Viros, qui parle d’une communauté de "plusieurs dizaines de milliers" d’internautes qui a recours à ce canal conversationnel, que ce soit pour la vente ou le SAV. L'idée est donc de travailler à une prochaine méthode qui permettra de s'adresser à eux à l'oral.

Signe de la pertinence et de l’utilité de ces "bots" : la SNCF a développé ses propres technologies en la matière, avec des équipes de 150 personnes qui travaillent exclusivement sur l’intelligence artificielle et la data. "Aujourd’hui, le conversationnel, et plus généralement l’intelligence artificielle, c’est une révolution d’ampleur comparable à celle du mobile il y a dix ans", assure encore le patron du site de ventes de la SNCF. L’enjeu est d’autant plus fort pour l’entreprise ferroviaire que désormais, 75% de leur trafic se fait sur mobile.

Des ventes d’été prometteuses ? Sans vouloir communiquer les chiffres officiels, Alexandre Viros promet au micro d’Europe 1 "une croissance à deux chiffres" sur les ventes de cet été. "On voit que les Français restent extrêmement attachés au train, ils le prennent beaucoup plus que l’année dernière", assure le directeur général de Oui.sncf. Avec en tête des destinations les plus prisées : Paris-Bordeaux. Selon Alexandre Viros, les vacances de ce printemps, et notamment les longs week-end, ont également permis aux ventes "dernière minute" de "progresser fortement".

Europe 1
Par Mathilde Belin, avec Emmanuel Duteil