Réduction d'effectifs : SoLocal (ex-Pages Jaunes) annonce des accords avec les syndicats

, modifié à
  • A
  • A
Le groupe SoLocal pourrait aussi cesser l'édition des annuaires papier Pages Jaunes en 2019 ou 2020.
Le groupe SoLocal pourrait aussi cesser l'édition des annuaires papier Pages Jaunes en 2019 ou 2020. © MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

SoLocal, éditeur notamment des sites PagesJaunes et Mappy, est confronté à la baisse continue de ses ventes d'annuaires papiers. Il prévoit de supprimer 1.000 postes d'ici l'année prochaine.

Le groupe SoLocal (ex-Pages Jaunes), qui prévoit de supprimer 1.000 postes sur 4.500 d'ici à 2019, a signé des accords avec les organisations syndicales "majoritaires" pour "encadrer" cette réorganisation, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

"Favoriser le départ en congé de mobilité". Les accords signés avec "la CFDT, la CFE-CGC, Autonome et FO" prévoient notamment de "favoriser le départ en congé de mobilité", selon le communiqué. Cette possibilité sera ainsi ouverte "à de nombreuses catégories d'emplois" et pas seulement aux salariés dont la suppression de postes est envisagée.

La première phase du congé de mobilité sera ouverte le 27 juin, et s'achèvera le 31 juillet, précise SoLocal. Les accords signés avec les syndicats "définissent également des mesures d'un plan de sauvegarde des emplois (PSE) pour les salariés" occupant des postes supprimés, et qui ne seraient pas partis volontairement, selon SoLocal.

De "réelles avancées" pour l'intersyndicale. Ces accords ne sont "pas parfaits" mais apportent de "réelles avancées" par rapport aux premières propositions de la direction, a déclaré Nadine Champrou, porte-parole de l'intersyndicale CFDT, CFE-CGC, Autonomes et FO. Outre des mesures d'accompagnement renforcées pour les salariés qui s'inscriront dans le congé de mobilité, les syndicats ont obtenu que l'indemnité de rupture atteigne, en fonction de l'ancienneté, jusqu'à 0,8 mois de salaire par année d'ancienneté. 

Le congé de mobilité sera d'une durée de 12 mois, rémunéré à 80% du salaire brut, et jusqu'à 15 mois pour les plus anciens. "On espère qu'il sera suffisamment attractif pour qu'il y ait le moins de départs contraints possible", a dit Mme Champrou. "C'est dans ce sens qu'on a signé", a-t-elle ajouté. Dans le cadre du PSE, une indemnité améliorée, pouvant aller jusqu'à 0,4 mois de salaire par année d'ancienneté, est prévue.