Prêts garantis par l'Etat : "Plus de 100.000 dossiers examinés" par le Crédit Agricole

  • A
  • A
Partagez sur :
Plus d'un mois après le début de la crise sanitaire du coronavirus, le Crédit Agricole dresse un point d'étape quant aux dossiers de prêts garantis par l'Etat instruits par son réseau d'établissement bancaire. "Nous avons examiné plus de 100.000 dossiers pour des demandes qui excèdent 20 milliards d'euros", déclare son directeur général Philippe Brassac, sur Europe 1. 
INTERVIEW

Pour tenter de sauver les entreprises en pleine épidémie de coronavirus, l'Etat a mis en place le PGE, prêt garanti par l'Etat, disponible dans tout le réseau bancaire français. A quel point les professionnels y ont-ils recours ? Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole, dresse un bilan d'étape sur Europe 1. "Nous avons examiné plus de 100.000 dossiers pour des demandes qui excèdent 20 milliards d'euros, et au total nous sommes sur une acceptation qui est supérieure à 97%", explique-t-il. L'entreprise, historiquement aux côtés des agriculteurs, voit tous les secteurs de sa clientèle touchés.

"Il faut qu'on examine chaque situation"

Parmi les filières les plus touchés, l'horticulture, le maraîchage. "Mais en fait tous ceux qui dépendent de la restauration hors domicile ou du tourisme sont également impactés. C"est le cas des fromagers, de la conchyliculture. De façon générale, tous ceux qui souffrent de l'absence d'exportation puisque les frontières sont fermées, sont frappés. Par exemple, il y a des viticulteurs aujourd'hui qui souffrent de la situation. Il faut qu'on examine chaque situation examiner chaque situation de façon très attentive", précise Philippe Brassac. Sur le marché français, le Crédit agricole représente en termes de part de marché 25 à 30% de tous les financements. 

Au-delà des prêts garantis par l'Etat, l'entreprise a également décidé du report des échéances de prêt existants pour les professionnels. "A cet instant pour le monde professionnel et de l'entreprise, nous en sommes à environ 400.000 reports d'échéances, pour environ 4 milliards d’euros." Son objectif : "transporter toute l'économie qui fonctionnait avant la crise, pour qu'elle soit toujours là après la crise."

Une aide pour les professionnels assurés 

Concernant le volet assurance de l'activité du Crédit Agricole, Philippe Brassac rappelle que les contrats souscrits ne peuvent fonctionner dans le cadre de l'épidémie. Néanmoins, l'enseigne a décidé d'apporter une aide financière aux professionnels ayant souscrit un contrat d'assurance perte d'exploitation.

"Nous avons dégagé une enveloppe d'environ 200 millions d’euros qui va bénéficier à un peu plus de 50.000 de nos clients", explique le directeur-général. "Pour chacun des assurés, les montants versés s’étaleront entre 1.500 et 10.000 euros."

Europe 1
Par Mathilde Durand