Prélèvement à la source : une ligne téléphonique surchargée et des centres d'impôts fermés... pour cause d'affluence

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Quelques jours après l’entrée en vigueur du prélèvement à la source, les services d'aide aux contribuables mis en place par la direction générales des Finances croulent sous les sollicitations.

"Merci de bien vouloir patienter…" Trois jours après l'entrée en vigueur du prélèvement à la source, il est quasiment impossible d'avoir un agent des impôts au bout du fil. Le numéro non surtaxé mis en place par le gouvernement - le 0809.401.401. – sonne dans le vide, la ligne étant complètement saturée depuis mercredi. Quelque 250.000 appels téléphoniques ont été reçus, dont 70.000 ont été solutionnés grâce aux indications de la voix électronique… et 180.000 qui sont restés sans réponse faute d'avoir eu un agent en ligne.

Des contribuables perdus. "Les choses fonctionnent", se défend le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Et pourtant, entre 100.000 et 150.000 personnes se sont déplacées directement dans les centres d'impôts, mais là encore, c'est un vrai parcours du combattant pour trouver un interlocuteur.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Ainsi Laura, une sexagénaire à la retraite depuis le mois de juin, voudrait modifier son taux d'imposition. Elle s'est rendue au centre des finances publiques de son quartier, dans le 16e arrondissement de Paris, qu'elle a trouvé portes closes… pour cause d'affluence liée au prélèvement à la source*. "Ça devient insupportable. C'est atroce", s'agace-t-elle auprès d'Europe 1. "On se balade avec les feuilles d'imposition, je reviens avec mes trucs Agirc/Arrco, Cnav... Comme je ne veux pas faire de bêtises en remplissant le fameux 'actualiser mon prélèvement à la ressource', eh bien je voulais voir quelqu'un, prendre un rendez-vous, apparemment on ne peut pas", rapporte-t-elle.

"Je veux que mon taux baisse". "On est le deuxième jour quand même !", relève Laura. "Demain je vais mettre mon réveil et puis je vais venir à l'ouverture, et je vais tomber sur un type qui va me dire 'vous faites le 0809.401.401', mais j'y arriverai de toute façon. Je veux que mon taux baisse, il n'y a pas de raison." La direction générale des Finances publiques admet que la ligne est victime de son succès, et renvoie les contribuables vers le site internet impots.gouv.fr, qui a déjà enregistré depuis le début de l'année 800.000 connexions.

* Le centre a dû fermer une heure plus tôt pour gérer les usagers qui étaient à l'intérieur, Ndlr 

Europe 1
Par Jean-Gabriel Bourgeois, édité par Romain David