Nord : un Chinois prêt à investir 150 millions d'euros pour installer son entreprise à Maubeuge

, modifié à
  • A
  • A
Mairie de Maubeuge (1280x640) Capture d'écran Google Maps 1:30
© Capture d'écran Google Maps
Partagez sur :
Un homme d'affaires chinois veut miser sur la France pour relocaliser une partie de ses activités. Jian Chen aimerait investir 150 millions d'euros pour installer son entreprise à Maubeuge, dans le Nord. Une aubaine pour la commune, qui pourrait voir 300 emplois se créer sur son territoire.
REPORTAGE

Alors qu’Emmanuel Macron, lors d'une visite de plusieurs jours en Chine, a tenté de séduire les investisseurs chinois, certains d'entre eux font déjà les yeux doux à la France, à l'image de Jian Chen, un chef d'entreprise qui espère s'implanter à Maubeuge, dans le Nord. Une opération à 150 millions d'euros qui pourrait permettre de créer 300 emplois.

Produits textile haut de gamme

L'homme d'affaires souhaite en effet installer un centre de fabrication de produits textile et de confection haut de gamme. Une sorte "de showroom chinois", explique Arnaud Decagny, le maire de Maubeuge. "À l’intérieur de ce projet, il y aura des ateliers de confection, pour créer ou finaliser les modèles." Et cet investisseur souhaite s'appuyer sur le savoir-faire français en matière de textile haut de gamme, pour distribuer ses produits partout en Europe. "Notre engagement, c'est de pouvoir fournir les emplois nécessaires au développement de ces produits-là", explique le maire.

Les élus du secteur feront le déplacement à Shanghai la semaine prochaine pour rencontrer Jian Chen et signer le partenariat. "L'intérêt, c’est que ce soit des locaux qui soient embauchés pour travailler dans ces ateliers", insiste Arnaud Decagny. "Autrement, cela n'aurait pas beaucoup de sens." Le maire de Maubeuge répond également à ses détracteurs, qui voient d'un mauvais œil l'arrivée d'un chef d'entreprise étranger.

"Ce n'est pas de l'argent public, c'est quelqu'un qui vient investir son argent pour créer de la valeur et se développer", déclare l'élu, qui refuse de faire "la fine bouche". "Les habitants nous reprocheraient de ne pas faire le maximum pour pouvoir accueillir de tels investisseurs sur notre territoire", conclut Arnaud Decagny, heureux de l'aubaine pour sa commune. 

Europe 1
Par Lionel Gougelot et Cédric Chasseur