Les chefs d'entreprises se montrent très majoritairement confiants pour 2018

  • A
  • A
L'enthousiasme des chefs d'entreprise a retrouvé les niveaux atteints juste après l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron.
L'enthousiasme des chefs d'entreprise a retrouvé les niveaux atteints juste après l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
71% des dirigeants français ont confiance dans l'avenir à court terme de leur entreprise, selon les résultats de la Grande Consultation des Entrepreneurs de décembre réalisée par Opinionway pour Europe 1.

Ils voient l'avenir avec optimisme. Les chefs d'entreprise français "se projettent avec entrain dans l'année à venir", à en croire la Grande Consultation des Entrepreneurs réalisée en décembre par Opinionway* pour CCI France-La Tribune-Europe 1. Selon cette étude, 71% des dirigeants français ont confiance dans l'avenir à court terme de leur entreprise, et 59% se déclarent optimistes pour l'économie française, soit une hausse très marquée de 22 points par rapport à novembre.

De nouvelles embauches. De tels niveaux d'enthousiasme n'ont plus été atteints depuis les deux premiers mois qui ont suivi l'élection d'Emmanuel Macron. Ils s'expliquent notamment par une politique économique qui, aux yeux des chefs d'entreprise (42%), garantit "autant de flexibilité pour les entreprises que de sécurité pour les salariés". Ainsi, 45% des dirigeants estiment que la situation actuelle est "très bien", et un dirigeant sur quatre se montre confiant quant à l'avenir. De quoi envisager de nouveaux recrutements pour 7% d'entre eux, soit une augmentation de trois points par rapport à la précédente consultation de ce type (novembre 2017).

Le bilan du précédent quinquennat. À l'inverse, les chefs d'entreprise continuent de porter un regard particulièrement sévère sur le bilan de François Hollande, en particulier sur le choc de simplification : "90% d'entre eux estiment qu'il n'a pas facilité la vie quotidienne de leur entreprise", pointe l'étude. Néanmoins, ils sont près de 60% à approuver l'une des mesures phare de ce programme de réformes lancé en 2013 : le prélèvement à la source. Une mesure dont l'entrée en vigueur a toutefois été reportée à janvier 2019 par le nouveau pouvoir.

*Enquête réalisée du 6 au 14 décembre par téléphone auprès d'un échantillon de 610 dirigeants d'entreprise.