Le mouvement des "gilets jaunes" était "malheureusement prévisible"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le président du Think Tank "The Shift Project" Jean-Marc Jancovici, invité de Nikos Aliagas sur Europe 1, s'attendait à un mouvement de grogne sociale concernant les prix du carburant "dans un pays où la seule transition énergétique dont on s'occupe vraiment est celle concernant l'électricité".

INTERVIEW

C'est dans un climat social difficile qu'Emmanuel Macron doit présenter un Haut conseil sur le climat, mardi. Un Haut conseil composé de treize membres, dont Jean-Marc Jancovici, président du Think Tank "The Shift Project" et invité de Nikos Aliagas sur Europe 1. Selon lui, la grogne des "gilets jaunes" concernant le prix du carburant était "malheureusement prévisible" car en plus des émissions de CO2 qu'il provoque, "le pétrole est disponible en quantité limitée sur Terre".

"L'approvisionnement pétrolier européen a commencé à décroître de façon subie depuis 2006." "Depuis 2006, la quantité de pétrole que l'on appelle conventionnel n'augmente plus. Donc tout ce que les Chinois prennent en plus, nous on l'a en moins. L'approvisionnement pétrolier européen a commencé à décroître de façon subie depuis 2006", explique-t-il. C'est cela qui explique, en plus des taxes, l'augmentation du prix de l'essence : "On passe périodiquement par des moments où les prix s'envolent et tant que l'on ne se désintoxique pas du pétrole, on va avoir ce genre de chose de manière répétée."

D'après lui, il fallait donc s'attendre à cette grogne des "gilets jaunes", "dans un pays où la seule transition énergétique dont on s'occupe vraiment est celle concernant l'électricité qui, en plus, n'est pas nécessaire. On ne s'occupe pas du pétrole alors que c'est nécessaire".

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"La France va continuer à avoir un approvisionnement pétrolier qui va décroître." "À court terme", il n'est "malheureusement pas" possible de rassurer les Français qui manifestent leur opposition face au coût de la vie car "la France va continuer à avoir un approvisionnement pétrolier qui va décroître" : "Par contre, là où on doit les rassurer, c'est sur la façon de gérer le problème. (...) Il faut les rassurer sur le fait que l'on va s'occuper de changer le système. (...) Du pétrole et du gaz, on va en avoir, en tendance, de moins en moins d’ici à ce que l’on meure, donc il faut s’en occuper."

Pour illustrer son propos, Jean-Marc Jancovici précise qu'il existe "des tas d'endroits où l'on peut mettre en place des services de bus" mais "cela s'organise, il faut le vouloir". Par ailleurs, il est possible d'obliger les constructeurs automobiles à "vendre des voitures qui consomment de moins en moins" mais "vous ne changez pas une ligne de production en une semaine".