"La démagogie, elle va jusqu'où ?" : interpellé par Xavier Bertrand sur les coûts de l'électricité, François de Rugy répond

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le ministre de la Transition écologique a vivement répondu mercredi sur Europe 1 au président de la Région Hauts-de-France qui a accusé l'État de "s'en mettre plein les poches" avec la hausse des tarifs de l'électricité.
INTERVIEW

"Ils sont complètement tarés au gouvernement." Mercredi, au micro d'Europe 1, Xavier Bertrand n'a pas mâché ses mots envers l'exécutif, alors que celui-ci n'empêche pas une augmentation de 6% des tarifs de l'électricité au 1er juin. "On va avoir une augmentation de l'énergie sans rapport avec le coût de l'inflation et l'évolution des salaires. Ils attendent quoi ? Que les gens se remettent en colère ? En France, c'est les taxes qui bouffent tout. À chaque fois, il y a un gagnant : l'État qui s'en fout plein les poches", a dénoncé le président des Hauts-de-France.

 

Une déclaration qui a fait bondir François de Rugy, invité d'Audrey Crespo-Mara également mercredi. "Monsieur Bertrand a été ministre à une époque où ce mode de calcul des tarifs de l'électricité a été fixé", a-t-il fustigé. "La démagogie, elle va jusqu'où ?"

Des taxes pour financer les projets... de Xavier Bertrand

De fait, le prix de l'électricité dépend d'un mode de calcul ainsi que de taxes, qui pèsent pour 35% dans le total. Ce que François de Rugy a justifié. "Si on baisse les taxes, cela veut dire qu'on baisse les recettes de l'État. [Xavier Bertrand] est président d'une Région qui vient voir l'État pour que celui-ci finance ses projets, notamment le projet pharaonique de Canal Seine-Nord Europe", a tempêté le ministre. "Il a des projets dans sa Région et demande à l'État de les financer. Avec quel argent ? Alors ces discours démagogiques sur 'l'Etat s’en met plein les poches', etc.. Qu'est-ce que c’est que cette histoire ?".

Et François de Rugy de repartir régulièrement à l'assaut du président des Hauts-de-France sur d'autres sujets. "Monsieur Bertrand était contre la baisse de la taxe d'habitation, il faut quand même que les Français le sachent", a-t-il vitupéré. Puis, plus tard : "Au lieu de mener une guerre contre l'éolien, il ferait mieux de nous aider parce que dans sa région, on va ouvrir un parc éolien offshore, à Dunkerque, qui va permettre de créer des emplois."