Jouets : une année record malgré la crise sanitaire

Jouets
Les professionnels de la filière du jouet ont fait plus de 3,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Copié
Victor Pourcher, édité par Solène Delinger
Les professionnels de la filière du jouet ont dévoilé leurs chiffres 2021 : plus de 3,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, une barre dépassée pour la première fois. La filière craignait pourtant des pénuries de matières premières, des problèmes de transports et de possibles retards sur les livraisons de marchandises venues de l’étranger.

Petits et grands ont été gâtés l’année dernière : un ouf de soulagement pour tous les professionnels. La filière du jouet craignait des pénuries de matières premières , des problèmes de transports et de possibles retards sur les livraisons de marchandises venues de l’étranger. Le secteur affiche une croissance de 3% sur l’année 2021, selon une étude de marché de The NPD Group, et dévoile un chiffre d'affaires de plus de 3,7 milliards d'euros, une barre dépassée pour la première fois.

La bonne affaire des fabricants français

"On a une natalité qui est quand même en berne. Arriver à vendre chaque année plus de jouets aux Français, c’est une bonne nouvelle", souligne Frédérique Tutt, experte du marché du jouet de The NPD Group. "En fait, on a redécouvert le plaisir de jouer pendant les confinements de 2020, donc les industriels sont très contents".

Les fabricants français ont su tirer leur épingle du jeu. Ils représentent 14% du marché, soit une hausse de 2,4% par rapport à l’année 2020. Sans problème de transports, et alors que les importations étaient incertaines, ils ont comblé le manque. Alain Ingberg, président de l’association des créateurs-fabricants de jouets français vante leur agilité : "Quand ils ont senti qu’il y aurait une demande, nos fabricants ont continué à fabriquer ! Certains des fabricants ont dû livrer les magasins jusqu’au 22 ou 23 décembre".

Vers une augmentation des prix

Une agilité payante même s’il faudra maintenant continuer à faire face à l’augmentation du prix des matières premières. Jusque-là, les professionnels réduisaient leurs marges mais, Noël étant passé, l’effort devrait cesser et les prix commencer à augmenter.