Hausse du prix du bois : les jouets vont-ils coûter plus chers à Noël ?

bois
Face à la hausse des prix du bois, les jouets risquent de coûter plus cher à Noël. © GUILLAUME SOUVANT / AFP
  • Copié
Zoé Pallier avec Julien Holtzer
Les prix des jeux en bois vont-ils flamber à Noël ? Une éventualité qui inquiète de nombreux consommateurs à l'approche des fêtes de fin d'année. La raison : la hausse du prix des matières premières et notamment du bois. Le prix des palettes, par exemple, a doublé en quatre mois…

Les prix des jeux en bois vont-ils flamber à Noël ? Une éventualité qui inquiète de nombreux consommateurs à l'approche des fêtes de fin d'année, dont les cordons de la bourse sont, globalement, de plus en plus serrés depuis la crise du Covid-19. Et pour cause : les fabricants voient leur prix de production exploser ces derniers mois. En cause : la hausse du prix des matières premières et notamment du bois. Le prix des palettes, par exemple, a doublé en quatre mois.

"On peut avoir une différence de 50 euros sur un jeu à produire"

Son atelier est au pied de la forêt de Lyons. Pourtant, Jean-François Jorelle peine désormais à se fournir. Le bois qu'il façonne pour créer quilles, chevaux à bascule et jeux de croquet, coûte 10 à 30% plus cher que cet été. "Tout ce que vous avez là sur les établis, tout a augmenté", raconte-t-il, dépité, avant d'ajouter : "Le jeu que nous vendons le plus est celui où il faut lancer des palets dans la bouche de la grenouille. Il y a quand même pas mal de bois sur un jeu comme ça. On peut avoir une différence de 50 euros sur un jeu à produire". 50 euros en plus, c'est 10% du prix du jeu en magasin.

Changer de matériaux pour baisser les coûts

Dans un petit bureau, loin du bourdonnement des tours à bois, le menuisier tient ses carnets de commandes. "On est déjà tendu en termes de marges sur nos produits. On peut en prendre un bout, mais on sera obligé de répercuter sur le tarif. Il ne faut absolument pas qu'on dépasse 7% d'augmentation", lance-t-il, fataliste. "Ce qui risque d'arriver, c'est que les distributeurs disent 'ça nous fait trop cher... On ne peut plus vous acheter de telle ou telle référence'", rajoute-t-il, un brin inquiet.

Pour éviter cela, Jean-François Jorelle envisage de changer de bois pour certains jeux. Remplacer le hêtre, par exemple, par d'autres essences dont le prix augmente moins vite.