Impôt sur le revenu : Bercy envisage d'abaisser la première tranche à 11%

  • A
  • A
Bercy envisage de "diminuer le gain pour la deuxième tranche à 30%", selon Le Figaro.
Bercy envisage de "diminuer le gain pour la deuxième tranche à 30%", selon Le Figaro. © Joël SAGET / AFP
Partagez sur :
La piste d'un abaissement de la première tranche de l'impôt sur le revenu de 14% à 11% "tient la corde", selon les informations du Figaro.

Bercy "privilégie" la piste d'abaisser de 14% à 11% la première tranche de l'impôt sur le revenu pour concrétiser les promesses de l'exécutif d'alléger la pression fiscale sur les classes moyennes, affirme jeudi soir Le Figaro dans son édition en ligne.

Bercy ne confirme pas ces informations

Si le quotidien note que "rien n'est tranché", "une piste tient toutefois la corde", soit "pour 2020, de baisser la première tranche d'impôt de 14% à 11% et de jouer ensuite sur les critères d'entrées dans les tranches supérieures". Il s'agirait, selon Le Figaro qui ne cite pas de source identifiée, de "diminuer le gain pour la deuxième tranche à 30% et le neutraliser pour les tranches supérieures de 41% et 45%". Contacté par l'AFP jeudi soir, Bercy n'a pas confirmé ces informations.

Le 30 avril, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait indiqué vouloir cibler la baisse de l'impôt sur le revenu sur les deux premières tranches d'imposition (14% et 30%), avec un gain moyen de 180 à 350 euros par an selon les ménages concernés. "L'objectif, c'est que les 12 millions de foyers fiscaux qui sont dans la tranche à 14% puissent avoir une baisse moyenne d'impôt sur le revenu de l'ordre de 350 euros", avait précisé le ministre, jugeant nécessaire de cibler en priorité les "classes moyennes".

Gain moyen de 180 euros pour les foyers concernés

Selon Bruno Le Maire, "ça ne veut pas dire que la tranche à 30% ne sera pas concernée". Il avait évoqué "un gain moyen de 180 euros", pour les foyers concernés. Bruno Le Maire avait déjà indiqué la semaine dernière vouloir faire profiter près de 15 millions de foyers fiscaux de la baisse de l'impôt sur le revenu, annoncée par Emmanuel Macron à l'issue du grand débat national. Ce geste fiscal, qui entrera en vigueur au 1er janvier, représentera au total un manque à gagner de cinq milliards d'euros pour les finances publiques. La présentation de ces mesures est attendue au mois de juin.