Gourault favorable à un impôt sur le revenu universel : "Chacun doit contribuer, y compris les plus modestes"

, modifié à
  • A
  • A
La ministre Jacqueline Gourault est pour l'universalité de l'impôt sur le revenu.
La ministre Jacqueline Gourault est pour l'universalité de l'impôt sur le revenu. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Pour la ministre de la Cohésion des Territoires, qui donne une interview au JDD cette semaine, il est nécessaire de "recréer le lien entre citoyen et impôt".
PARU DANS LEJDD

"Le rapport à l'impôt s'est effiloché avec le temps." Voilà le constat que fait la ministre de la Cohésion des Territoires, Jacqueline Gourault, dans le JDD cette semaine. Pour elle, il existe néanmoins une solution pour "recréer le lien entre citoyen et impôt" : faire en sorte que tout le monde paie l'impôt sur le revenu. 

Une contribution "même symbolique". Aujourd'hui, ce n'est le cas que de la moitié de la population, l'autre étant exonéré pour cause de revenus trop faibles. "Chacun doit contribuer à la hauteur de ses moyens, y compris les plus modestes, même de manière très symbolique", estime Jacqueline Gourault. "Notre système fiscal est surconcentré sur les classes moyennes, qui n'ont pas à porter sur leurs épaules les efforts de tous." Une idée déjà exprimée par... François Bayrou, le président du MoDem (auquel appartient Jacqueline Gourault) dès 2014. 

"Pas choquée" par une nouvelle tranche. La ministre souhaite également réfléchir "à la contribution que devraient apporter les très hauts revenus". "Je ne serais pas choquée" si l'on créait une nouvelle tranche pour les plus riches, souligne-t-elle, "même si je ne crois pas que les solutions aux problèmes de notre pays viendront d'une augmentation globale des impôts". 

Exonération de taxe d'habitation. En revanche, l'ancienne sénatrice MoDem est favorable à une exonération de taxe d'habitation pour l'ensemble des contribuables. "À partir du moment où 80 % des contribuables en sont exonérés, il me semble préférable de la supprimer totalement. Faire croire que les 20 % qui restent sont des 'riches', comme si nous vivions dans une société binaire, serait une erreur : un couple dont chacun des membres gagne 2 200 euros net appartient en effet à cette catégorie."