EXCLUSIF EUROPE 1 - Le plan du gouvernement pour trouver 10 milliards d'euros

, modifié à
  • A
  • A
L'exécutif compte mettre les entreprises à contribution pour financer les mesures proposées aux "gilets jaunes".
L'exécutif compte mettre les entreprises à contribution pour financer les mesures proposées aux "gilets jaunes". © Yoan VALAT / POOL / AFP
Partagez sur :
Prime défiscalisée, annulation partielle de la hausse de CSG et revalorisation de la prime d'activité : toutes les annonces faites par Emmanuel Macron en début de semaine devraient coûter 10 milliards d'euros. L'exécutif compte trouver cette somme en mettant les entreprises à contribution.
EXCLUSIF

Comment financer les annonces faites par Emmanuel Macron et Edouard Philippe en réponse aux "gilets jaunes" ? La question devenait brûlante pour le gouvernement, qui a promis à la fois une annulation partielle de la hausse de CSG (pour les ménages retraités touchant moins de 2.000 euros par mois), une revalorisation de la prime d'activité permettant aux smicards de toucher 100 euros mensuels nets de plus et la défiscalisation des heures supplémentaires. Coût total estimé : 10 milliards d'euros. Selon les informations d'Europe 1, environ la moitié sera financée par des économies ou des recettes nouvelles, tandis que le reste filera dans le déficit. 

Frapper les grandes entreprises au portefeuille. Première solution, qu'Europe 1 vous révélait jeudi matin : le report d'un an de la baisse, prévue cette année, de l'impôt sur les sociétés. L'idée est bien de frapper au portefeuille les grandes entreprises. Et cela devrait rapporter 1,3 milliards d'euros. 

Une taxe sur les GAFA. Le report de la baisse de quatre points sur les cotisations patronales au niveau du Smic a également été acté. Cette diminution devait s'appliquer au 1er octobre 2019. Elle est finalement décalée au 1er janvier 2020, ce qui permettra à l'exécutif de réaliser une économie d'un milliard d'euros sur le budget 2019. Le gouvernement entend aussi économiser 500 millions d'euros sur la niche Copé, qui permet d'exonérer en partie les plus-values de cessions au sein d'un même groupe. Enfin, il est prévu de récolter 500 millions d'euros de recettes grâce à une taxe sur les GAFA, ces géants du numérique que sont Google, Amazon, Facebook et Apple. Bercy a en effet l'intention d'appliquer une taxe nationale si l'Union européenne ne parvient pas à se mettre d'accord sur ce sujet. 

Grand flou. Restent deux à trois milliards d'euros d'économies programmées sur les dépenses de fonctionnement de l'État. Mais là c'est le grand flou. "Quand on demande des détails à Bercy, on n'a pas de réponses. Or je ne vois pas comment on les trouve comme ça", explique t-on, un brin désabusé, dans les rangs de la majorité.

Europe 1
Par Anne-Laure Jumet et Michaël Darmon, édité par Margaux Baralon