Canicule : faut-il craindre une panne électrique générale après le pic de 13 heures ?

, modifié à
  • A
  • A
Les climatiseurs et ventilateurs vont utiliser beaucoup d'électricité jeudi.   1:43
Les climatiseurs et ventilateurs vont utiliser beaucoup d'électricité jeudi. © PATRICK BERNARD / AFP
Partagez sur :
Alors que les températures vont atteindre leur apogée jeudi vers 13 heures, la consommation en électricité va elle aussi exploser à cause des climatisations et ventilateurs. Risque-t-on une panne générale ?

Avec les températures record attendues jeudi, climatiseurs et ventilateurs vont tourner à plein régime toute la journée. La demande en électricité va donc logiquement connaître un pic. À la mi-journée, elle sera à son plus haut point de la saison. Comment ce pic va-t-il être géré pour éviter la panne générale ? 

Le pic de consommation d'électricité est attendu aux alentours de 13 heures jeudi, c'est-à-dire à l'heure la plus chaude de la journée. La consommation d'électricité va grimper à 59.000 Megawatts, soit quatre réacteurs nucléaires de plus qu'au même moment la semaine dernière. En cause ? L'utilisation de la climatisation.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Aucun risque de pénurie d'électricité, selon RTE

RTE, le gestionnaire de réseau de transport d'électricité, assure qu'il n'y aura aucune difficulté à répondre à cette demande, qui est bien en dessous des pics de consommations hivernaux. Il n'y a pas non plus de risque pour le reste de l'été. "Les situations de canicule, qu'on peut rencontrer la première quinzaine d'août par exemple, doivent être gérées", explique Jean-Paul Roubain de RTE.

"Mais la consommation d'électricité est plus basse puisque l'activité économique est réduite. La valeur que nous allons atteindre cette semaine va sans doute être la pointe maximale de consommation que l'on va atteindre pour l'été 2019." RTE estime ainsi qu'à chaque degré au-dessus des normales de saison, le réseau enregistre une hausse équivalente à la consommation de la ville de Bordeaux.

>> À LIRE AUSSI - "La climatisation est bien momentanément, mais ça peut être une catastrophe", plaide un prévisionniste de Météo France

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Marthe Ronteix