Black Friday : quelle est la différence avec une journée de soldes ?

, modifié à
  • A
  • A
Black Friday 2:42
Pendant le Black Friday, contrairement aux soldes, les commerçants ne peuvent pas vendre à perte. © AFP
Partagez sur :
Le Black Friday est un jour de promotions exceptionnelles dans les magasins et en ligne. Mais du point de vue du consommateur français, le Black Friday peut être "une vraie arnaque". Réductions minimes, pas de ventes à pertes, fausses promotions, Roland Pérez, avocat, décrypte les dessous légaux de l’événement. 
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

Le Black Friday a eu lieu vendredi... et même un peu toute la semaine dernière. Une période de promotions exceptionnelles dans les magasins et sur les sites de ventes en ligne, au cœur des discussions à l’Assemblée nationale. Cette pratique, importée des Etats-Unis, a été largement critiquée par des associations et des députés pour son impact sur l’environnement et la surconsommation. Mais d’un point de vue légal, qu’est ce que le Black Friday change pour les consommateurs ? Les explications de Roland Pérez, avocat et chroniqueur juridique d'Europe 1.

"Tout d’abord, il faut savoir que le Black Friday n’est pas une journée de soldes. Et c’est là où le bât blesse, car les commerçants, et notamment les magasins en ligne, font croire à des super soldes alors que cela ne peut être, d’un point de vue légal, que des promotions, censées durer une journée pour débuter les achats de Noël, à l’instar de ce qu'il se passe aux Etats-Unis. Contrairement aux soldes, les commerçants ne peuvent pas vendre à perte. Sauf s'ils démontrent, comme le dit la loi, que les produits sont obsolètes techniquement, ou qu’ils ne correspondent plus à la demande. Les commerçants parlent entre eux de 'vrais nanars'.

2% de réduction, en moyenne, sur le prix initial

Au cours de cette journée, on assiste pourtant à des réductions de près de 70%. Cela peut être possible légalement, si la vente ne se fait pas à pertes. Mais selon une enquête de l’UFC-Que choisir, la moyenne des réductions s’élèverait en réalité à moins de 2% du prix initial. Donc le Black Friday serait une vraie arnaque, d’où la fronde de certains députés et ministres contre cette journée de surconsommation inutile. Pour les fausses promotions, la loi sanctionne les pratiques commerciales trompeuses voire agressives faisant encourir à leurs responsables : deux ans de prison et 300.000 euros d’amende.

De plus, le client ne peut a priori ni échanger ni se faire rembourser de ses achats, comme pour tout achat en promotion. Si le commerçant veut en décider autrement, il doit le préciser avant l'achat. En revanche pour les achats en ligne, le client bénéficie du droit de rétractation prévu par la loi. Il a donc 14 jours pour annuler son achat, après la commande ou la livraison. C’est d’ailleurs pour cela que le Black Friday se déroule surtout en ligne.

La journée ne dure pas forcément vingt-quatre heures. Elle commence le jeudi a minuit et se prolonge pour certains commerçants tout le week-end, voire même le lundi suivant, que l'on appelle le Cyber Monday. Une manière de fonctionner des Etats-Unis, mais Outre-Atlantique, les commerçants sont libres de vendre à pertes pendant cette courte période."

Europe 1
Par Roland Pérez