Yann Queffélec : "Ce dictionnaire amoureux de la mer est aussi un dictionnaire amoureux de la vie"

  • A
  • A
Partagez sur :
Yann Queffélec publie un Dictionnaire amoureux de la mer, aux éditions Plon. Un livre pour prendre le large. 
INTERVIEW

Il est né à Paris... mais il a failli voir le jour en Bretagne. Yann Queffélec en veut pour preuve une photo : sa mère, quelques jours avant d'accoucher, est sur un bateau au large de l'île de Molène. "Cette photo me trouble infiniment", confie l'écrivain, invité de La voix est livre sur Europe 1. "Elle fait de moi presque un natif du bord de mer alors que je nais à Paris", poursuit-il.

Mer et mère. Cette anecdote, Yann Queffélec la raconte dans son nouveau Dictionnaire amoureux de la mer, publié aux éditions Plon, à l'entrée "année zéro". "Ma mère va embarquer sur ce bateau qui s’appelle le roi Gradlon, c’est un câblier qui dessert, à ce moment-là, les îles du Ponant, entre Brest, Molène et Ouessant", reprend l'écrivain. "Ce roi Gradlon, c’est aussi toute la légende de la ville d’Ys qu’on m’a beaucoup raconté lorsque j’étais enfant".

Dans l'esprit de l'écrivain, l'amour de sa mère se lie à celui de la mer. "Je ne peux pas m’empêcher de penser que se trouve concentré dans cette photo l’essentiel de ce qui fait mon être humain, analyse-t-il. C'est-à-dire, un homme amoureux de sa mère au sens maternel, amoureux de l’océan et totalement pétri de cette légende du roi Gradlon de la ville d’Ys qui disparaît sous les flots".

"Tabarly m'a immédiatement adopté". Dans ce dictionnaire, Yann Queffélec revient sur ces innombrables légendes mais aussi sur les grands noms de la mer, comme Eric Tabarly. Un personnage que Yann Queffélec a eu la chance de rencontrer. "J’ai navigué avec lui en 1963 ou 1964, comme petit équipier prêté par une école de mer", raconte l'auteur. "A l’époque, Tabarly s’entraînait sur un voilier de démonstration pour sa grande aventure transatlantique".

Un souvenir impérissable pour Yann Queffélec : "Au cours de cette navigation, j’ai vu un homme, un frère d’un immense simplicité, quelqu'un qui m’a adopté immédiatement comme si nous nous étions toujours connus", se souvient-il. "Je loupais une manœuvre, il la faisait à ma place sans me rabrouer, sans rien me dire." "Sur le coup de midi, j’ai vu une main passée à travers le sabord me tendant une assiette de nouilles aux oignons, fumantes", poursuit-il. "C’est le meilleur plat que j’ai mangé de toute ma vie".

"La majorité de l'humanité aime la mer". Ces moments de vie, Yann Queffélec les a disséminés tout au long de son Dictionnaire amoureux. Car l’écrivain est en persuadé : "Quand on est fasciné par la mer, on est aussi fasciné par la vie", assure-t-il. "Ce Dictionnaire amoureux de la mer, c’est aussi un dictionnaire amoureux de la vie".

Un livre qui n'est donc, selon lui, pas réservé aux passionnés de la mer. "Tout le monde n’a pas le pied marin, tout le monde n’est pas destiné à la mer ou au voyage autour du monde", concède le marin. "Mais malgré tout, on s’aperçoit que la majorité de l’humanité a tendance à aller au bord de la mer et à tomber en contemplation devant cet émerveillement".

Europe 1
Par Pauline Darvey