Rose : "J'avais besoin de dire la vérité car j'ai tellement menti pendant toutes ces années"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans son nouveau disque et livre du même nom, "Kérosène", la chanteuse raconte ses années d'excès en tout genre. Elle évoque cette démarche dans "L'équipée sauvage" sur Europe 1.
INTERVIEW

Quatre ans que Rose n'avait pas sorti d'album. L'auteure de La liste est de retour avec un nouveau disque (sorti le 20 septembre), mais aussi un livre (sortie le 3 octobre). Tous les deux portent le même nom : Kérosène. Un double projet mené de front et dans lequel la chanteuse se livre énormément. Elle y raconte ses addictions à la drogue et à l'alcool. La chanteuse voulait tout mettre à plat et dire sa vérité, comme elle l'a expliqué dans L'équipée sauvage sur Europe 1.

"Je voulais que ça brille, que ça vive très fort"

À présent libérée de ses addictions, Rose peut en parler librement. La vague de succès qui l'a accompagnée après la sortie de son album en 2006 n'a pas été sans conséquence. "L’autodestruction amène un surplus de vie. Je voulais que ça brille, que ça vive très fort", confie-t-elle. Dans la chanson Une bière, un croissant, elle raconte ainsi la gueule de bois permanente et les lendemains de soirée qui s'enchaînent.

"Les déclics ont été nombreux"

Kérosène a d'abord été seulement un livre. "C'était le point de départ du projet et il n'avait pas vocation à être publié. Je voulais écrire tout ce que j'avais vécu, pour moi-même. J'avais besoin de dire la vérité car j'ai tellement menti pendant toutes ces années", indique-t-elle. Finalement, la musique viendra se greffer à la biographie et à chaque chanson correspond un chapitre du livre.

Loin de la drogue à présent, Rose évoque le sujet sans détour. "C'est plus facile d'en parler quand c'est fini", ne cache pas l'artiste. "Les déclics ont été nombreux" durant toutes ces années de défonce, souligne la chanteuse, "et beaucoup de choses m'ont amené au 11 octobre 2017, à me dire : 'J'ai donné, ça fait 15 ans que je fais des conneries et je vais essayer sans'."

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau