Marina Carrère d'Encausse : "J'étais tétanisée quand j'ai envoyé mon premier roman à mon frère"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Anne Roumanoff, la médecin et animatrice, fille de l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse et sœur de l'écrivain Emmanuel Carrère, raconte son envie d'écriture, nourrie depuis des années.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Révélée par le Magazine de la santé sur France 5, qu'elle a co-animé avec Michel Cymes pendant dix ans, la médecin Marina Carrère d'Encausse a mis 50 ans avant de réaliser son rêve de jeunesse : écrire un roman. Chez Anne Roumanoff jeudi, elle évoque cette envie profonde.

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"Il faut que j'y aille, car sinon je ne le ferai jamais". Alors que son deuxième roman, Une femme entre deux mondes, vient de sortir en poche, Marina Carrère d'Encausse confie au micro d'Europe 1 à quel point il a été difficile pour elle de se confronter à ses envies de romancière. Son premier roman, Une femme blessée, était sorti en 2014. "C'était mon rêve", explique-t-elle, "j'ai toujours eu envie d'écrire des romans". Finalement, passée la cinquantaine, Marina Carrère d'Encausse a décidé de franchir le pas. "Je me suis dit : 'il faut que j'y aille, car sinon je ne le ferai jamais'."

"J'étais tétanisée quand j'ai envoyé mon roman à mon frère". Si franchir le pas a été aussi compliqué pour Marina Carrère d'Encausse, c'est que l'héritage familial était lourd à porter. Fille de l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse et sœur de l'écrivain Emmanuel Carrère, l'animatrice indique que pendant longtemps, elle n'a "pas osé". "C'est très compliqué, surtout quand on n'a pas confiance en soi, de se confronter à un nom pareil", souligne-t-elle. Marina Carrère d'Encausse a même publié Une femme blessée sous pseudo, avant de se raviser. "J'étais tétanisée quand j'ai envoyé mon roman à mon frère", se souvient-elle, avant d'être finalement rassurée. "Dès le lendemain, il m'envoyait un mail qui m'a beaucoup touchée".

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau