Le chanteur du groupe Dionysos Mathias Malzieu, au sujet de sa maladie : "J’ai eu des moments de doute, jamais des moments de fatalité"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Christophe Hondelatte, le chanteur du groupe Dionysos revient sur sa maladie, diagnostiquée en 2013, une aplasie médullaire. Une histoire qu'il raconte dans un livre Journal d'un vampire en pyjama. 
HONDELATTE RACONTE

En 2013, on diagnostique à Mathias Malzieu une maladie très rare : une aplasie médullaire. En clair, sa moelle osseuse ne fonctionne plus. Le début d'un long combat pour l'artiste, comme le raconte Christophe Hondelatte mardi. Une histoire relatée par le chanteur de Dionysos dans un livre Journal d'un vampire en pyjama. 

>> De 14h à 15h, c’est Hondelatte raconte sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission de Christophe Hondelatte ici

"Plus pâle que Dracula". Le 6 novembre 2013, Mathias Malzieu doit tourner le clip du tube qui accompagnera la sortie de son film Jack et la Mécanique du cœur, quelques mois plus tard. Mais l'artiste se sent fatigué, épuisé. Pendant le tournage, parfois, ses muscles se tétanisent, il doit reprendre son souffle. De retour chez lui, il est "plus pâle que Dracula", essoufflé au moindre geste. Alors c'est décidé, dès le lendemain, il ira faire une prise de sang.

En choisissant de faire cette prise de sang, Mathias Malzieu s'est peut-être sauvé la vie. Alors qu'il doit avoir les résultats quelques jours plus tard, un médecin l'appelle immédiatement, quelques heures seulement après qu'il soit sorti du laboratoire d'analyses. Les résultats ne sont pas bons du tout. Ils mettent en évidence un taux de globules rouges extrêmement bas (4,6 gramme d'hémoglobine par décilitre de sang, alors qu'il devrait être entre 14 et 17 g/dl). Le docteur au bout du fil enjoint le leader de Dionysos à se rendre immédiatement aux urgences.

"J’ai eu des moments de doute". C'est comme ça que Mathias Malzieu se retrouve à l'Hôpital Cochin, dans une chambre stérile. Les médecins craignaient une leucémie aiguë, il n'en est rien. Mais le chanteur est atteint d'une aplasie médullaire, sa moelle osseuse ne fonctionne plus. Seule une centaine de cas existe en France. Son état nécessite une transfusion une fois par semaine, en attente de trouver un donneur de moelle osseuse compatible pour une greffe : une chance sur... un million. Le 6 février, au lendemain de la sortie de Jack et la Mécanique du cœur, Mathias Malzieu est hospitalisé en chambre stérile, isolé, et vit au rythme des transfusions sanguines qui régulent son taux de globules rouges et blancs. "Je ne suis pas plus fort que tout le monde. J’ai eu des moments de doute, mais jamais des moments de fatalité : je ne me suis jamais dit que c'était cuit", confie le chanteur au micro d'Europe 1.

"Dans la traversée de ce tunnel, j’ai rencontré des gens incroyables". À la fin du mois de mars, le verdict tombe : il n'y a pas de donneur compatible dans le fichier mondial. Soit les médecins tentent une greffe avec un "donneur neuf dixième compatible", soit ils tentent une greffe de sang issu d'un cordon ombilical de bébé. La méthode est rarement utilisée chez les adultes, mais les professionnels de santé pensent que cela peut marcher. Mathias Malzieu opte pour cette deuxième solution et le 15 octobre, le voilà de retour à l'hôpital. D'abord, l'artiste subit une chimiothérapie, puis vient la greffe, et ensuite le temps du contrôle.

Le 18 novembre 2014, la bonne nouvelle tombe, la greffe a pris. Les globules blancs remontent, les rouges se stabilisent. Mathias Malzieu peut savourer son retour parmi les vivants. "L’hôpital public, il y a beaucoup de problèmes, du manque de personnel et de budget pour la recherche, mais il est aussi formidable. Dans la traversée de ce tunnel, j’ai rencontré des gens incroyables", conclut l'artiste.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau