Jeux vidéo : "God of War" mérite-t-il son titre de "Jeu de l'année" ?

, modifié à
  • A
  • A
God of War 1:52
Entre deux combats épiques, "God of War" s'attarde sur la relation entre Kratos et son fils Atreus. © Sony Interactive Entertainment
Partagez sur :
Déjà sacré aux Game Awards, "God of War", quatrième épisode de la saga mythologique, a remporté le trophée de "Jeu de l'année" aux BAFTA. Un titre qui récompense un pari risqué.
LE DÉBAT

Retour gagnant pour God of War ! Cinq ans après le troisième épisode, la saga mythologique de Sony a raflé toutes les récompenses cette année avec une quatrième itération, sobrement intitulé… God of War. Après avoir triomphé aux Game Awards fin mars, le jeu développé par Sony, sorti en avril 2018, a remporté vendredi le titre de "Jeu de l’année" aux BAFTA, l’académie britannique qui récompense la crème du cinéma, de la télévision et donc du jeu vidéo.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Action dantesque et émotion familiale

God of War est à la fois la suite des trois premiers jeux de la saga éponyme, débutée en 2005, et un nouveau départ. On y incarne toujours Kratos, guerrier spartiate surpuissant. Après avoir vaincu les dieux de l’Olympe - rien que ça, il s’exile dans les royaumes scandinaves pour refaire sa vie. Désormais en paix, il fonde une nouvelle famille. Sauf qu’il n’y a pas de repos pour les guerriers et Kratos, endeuillé, va devoir reprendre le chemin de la guerre…

On retrouve dans God of War les combats épiques et violents* qui ont fait le succès de la saga, avec une mise en scène et des graphismes dignes des meilleurs blockbusters d'Hollywood. Il faut voir Kratos se mesurer aux bêtes géantes de la mythologie nordique, c’est époustouflant. Quand aux décors, ils sont à couper le souffle, entre forêt verdoyantes peuplées d'animaux sauvages et cimes enneigées à faire frissonner les joueurs derrière leur manette.

God of War

Mais ce titre de "Jeu de l'année" récompense surtout la nouvelle orientation choisie par les scénaristes. Cette fois, Kratos est accompagné de son jeune fils, Atreus. Il ne connaît pas le passé sanglant de son père et tous les deux vont devoir apprendre à se connaître au cours de la longue route qui les attend. God of War aborde avec subtilité la question de la filiation, une réflexion pleine de maturité, aussi inattendue que réussie. Le résultat est un succès puisque le jeu sait se montrer aussi touchant qu'il a jadis été réputé pour son seul aspect "bourrin".

Red Dead Redemption 2 puni ?

Que ce soit le scénario qui fasse la différence en faveur de God of War est encore plus impressionnant étant donné la concurrence cette année. Il a ainsi soufflé le trophée de Jeu de l’année à Red Dead Redemption 2, sorti à l’automne après huit ans d’attente. Le western mélancolique de Rockstar, pourtant sublime et plébiscité par la critique, a été boudé par les votants des BAFTA, comme lors des Game Awards. Et le fait qu’ils soient des professionnels de l’industrie n’est pas anodin.

Red Dead Redemption 2

La sortie de Red Dead Redemption 2 a en effet été entachée par une polémique sur les conditions de travail des équipes qui ont créé le jeu. Certains développeurs ont dû travailler jusqu’à cent heures par semaine pour terminer le jeu. Une grande enquête parue dans les médias américains a ainsi mis en évidence une "culture de la peur" au sein du studio Rockstar. Pas du goût du monde du jeu vidéo qui l'avait fait savoir sur le moment par la voix de ses syndicats, et qui a sans doute sanctionné le jeu en le snobant lors des cérémonies.

*God of War est interdit aux moins de 18 ans