"Je n'ai pas dormi depuis 2013" : Max Boublil raconte son quotidien de jeune papa

, modifié à
  • A
  • A
max boublil 2:46
Max Boublil était invité dans "Culture médias", lundi. © Capture d'écran Europe 1
Partagez sur :
Depuis son spectacle "Le one man musical", en 2011, le comédien et humoriste Max Boublil n'était pas remonté sur scène. Cette année, pourtant, il s'est lancé à nouveau dans le stand-up, avec un "Nouveau spectacle" inspiré de son quotidien. Désormais papa de deux petites filles, Max Boublil s'y attaque aux difficultés de la vie de parents. Au micro de Philippe Vandel, lundi, il en a dévoilé quelques extraits. 
INTERVIEW

Max Boublil fait son grand retour sur scène. Le comédien et humoriste lance son Nouveau spectacle, à partir du jeudi 6 février, à L'Européen, à Paris. Dans ce one man show, Max Boublil fait le point sur sa nouvelle vie, très rythmée par celle de ses enfants. Au micro de Philippe Vandel, lundi, il a expliqué, non sans humour, à quel point sa vie a changé depuis qu'il est papa de deux petites filles. 

"J'attendais le moment où j'aurais des choses à raconter pour remonter sur scène. Cela faisait deux ans que j'écrivais dans mon coin et que je testais mes vannes en scène ouverte. Et puis, je me me suis dit un jour : 'Ça y'est : j'ai un propos et des choses à raconter'. Je suis donc monté sur scène et ça a fait rire les gens", résume Max Boublil. 

Parents bobo vs. parents de droite

Parmi les saynètes de son spectacle, beaucoup sont inspirées de la vie quotidienne de Max Boublil, qui accompagne ses filles à l'école, le matin. "Quand tu arrives devant l'école, selon le moyen de locomotion des parents, tu sais à quelle classe sociale ils appartiennent", s'amuse le comédien. "Tu as les bobos qui arrivent en vélo et qui apportent à manger à leurs enfants parce que la cantine n'est pas bio. 'Ils vont nous tuer Capucine. Avec Balthazar, on est à deux doigts de la déscolariser'", imite-il.

"L'enfant, à côté, est tout blanc, parce qu'il ne mange pas assez de viande rouge. Et, en plus, il a des baskets en chanvre. De l'autre côté, tu as les parents de droite qui arrivent à l'école en Porsche Cayenne et qui se garent sur les places réservées aux handicapés. Ils ont une nounou asiatique à côté d'eux mais ils ne connaissent pas son prénom", caricature Max Boublil. 

Les parents d'élèves, une source d'inspiration 

Dans son spectacle, l'acteur des Gamins et de La vérité si je mens 3 pointe aussi certaines pratiques découvertes en même temps que la paternité. "À l'école, je me rends compte qu'il y a des parents qui font des bisous sur la bouche de leurs enfants. Je trouve cela bizarre parce que je me demande comment va grandir l'enfant quand il va commencer à avoir des petits copains ou copines", raille-t-il, en prenant l'exemple d'un petit garçon qui n'a jamais embrassé une fille. "Une fille va lui dire un jour : 'Embrasse moi sur la bouche' et il va lui répondre : 'Non, ça me rappelle mon père'".

Non seulement Max Boublil se moque des autres parents, mais il tourne en dérision ses propres difficultés. "Je pense que je n'ai pas dormi depuis 2013", exagère-t-il en plaisantant. "Je n'en peux plus : je m'endors à 21h30 devant la télévision, épuisé, ou souvent dans le lit de ma fille parce que j'essaye de l'endormir", raconte l'humoriste. 

Europe 1
Par Tiffany Fillon