Éric Tolédano "se réjouit" des mesures pour la culture, "mais on n'a pas toutes les solutions"

, modifié à
  • A
  • A
Éric Tolédano avance que "l'État doit jouer son rôle pour que le monde de la culture puisse repartir".
Éric Tolédano avance que "l'État doit jouer son rôle pour que le monde de la culture puisse repartir".
Partagez sur :
Quelques heures après les annonces d'Emmanuel Macron pour le monde la culture, le réalisateur et scénariste Éric Tolédano se dit "réjouit" au micro d'Europe 1. Mais il rappelle également que toutes les solutions n'ont pas été trouvées "en une matinée".  
INTERVIEW

Fonds d'indemnisations pour les tournages annulés, maintien des droits des intermittents du spectacle jusqu'en "août 2021"... Après une visioconférence avec une douzaine de personnalités du monde de la culture, dont Éric Tolédano, Emmanuel Macron a livré ce mercredi ses mesures pour que ce secteur franchisse au mieux le cap de la crise du coronavirus. Des "réponses très attendues" dont le réalisateur et scénariste se "réjouit", en pointant néanmoins que "toutes les solutions n'ont pas été trouvées en une matinée". 

L'État doit "jouer son rôle"

"Je pense qu'il faut que l'État joue son rôle pour que le monde de la culture puisse repartir", indique-t-il au micro du "Grand journal du soir" d'Europe 1 mercredi. "La culture n'est pas en première ligne face au virus mais nous ne sommes pas rien non plus !" S'il n'a pas de détails supplémentaires sur les dates et les montants de ces nouvelles aides annoncées par le chef de l'État, le cinéaste croit en la bonne foi d'Emmanuel Macron. "En France, on est toujours un peu méfiants, mais je ne pense pas qu’il puisse faire des annonces comme ça à la légère."

Un financement du cinéma français par les plateformes de SVOD dès 2021

Pointant par ailleurs des "paradoxes étranges dans cette période de confinement, où les Français passent beaucoup de temps devant les plateformes" type Netflix, Éric Tolédano a demandé au président, comme d'autres participants à la visioconférence, que ces dernières participent au financement du cinéma français. Une part à "l'effort de guerre" pour "ne pas se retrouver avec un cinéma qui a un genou à terre après la crise" du coronavirus. Le chef de l'État a selon lui positivement accueilli cette requête. La mesure devrait, selon Éric Tolédano, voir le jour dès le 1er janvier 2021 pour ne pas "donner une année de plus d'impunité" à ces plateformes.

"Incertitude totale" sur le retour des Français dans les salles de cinéma

Quant au retour des Français dans les salles de cinéma, aucune date n'est avancée. Éric Tolédano, de "nature optimiste", rappelle qu’un sondage place les salles obscures en tête des loisirs qui manquent à la population pendant le confinement.

Europe 1
Par Ugo Pascolo