Coronavirus : la réouverture des salles de concert reste un casse-tête

  • A
  • A
L'Olympia a rouvert ses portes dimanche. 1:45
L'Olympia a rouvert ses portes dimanche. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Si l'Olympia a rouvert ses portes dimanche soir, beaucoup de salles repoussent encore leur décisions. Car entre les jauges à respecter et les différences entre zones rouge et verte, l'organisation reste très compliquée.

Le concert de Brigitte Fontaine, dimanche soir à l'Olympia, était très attendu. La chanteuse était en effet la première à refouler la scène de la mythique salle parisienne, après 200 jours de fermeture en raison de l'épidémie de coronavirus. Mais si la bonne ambiance régnait dans la foule, assise et distanciée, peu de salles vont imiter l'Olympia dans les prochaines semaines.

La situation reste en effet un casse-tête pour les producteurs qui louent les salles pour leurs artistes. Tout d'abord, les règles diffèrent si la salle est classée dans une zone rouge ou une zone verte. Et le public doit être assis, ce qui réduit nécessairement la jauge. D'ailleurs, si trop de billets ont été vendus, le concert ne peut pas se tenir. Et les salles ouvrent à perte.

Du rock ou du hip hop assis ? "Ridicule"

Tout cela demande une organisation acharnée, souligne Pierre-Alexandre Vertadier, directeur de Décibels Productions qui s’occupe de tournées d’artistes. "Sur Benjamin Biolay, par exemple, on va faire au cas par cas parce qu'il y a des salles debout, des salles assises. Sur Alain Souchon et Christophe Maé, on se prépare à redémarrer fin octobre. C’est un cauchemar, mais le problème, c’est que la seule solution, c’est de faire ça ou de ne rien faire et d’attendre". 

D’autres producteurs préfèrent prendre leur mal en patience. Pour Dominique Revert, d'Alias Production, par exemple, c’est impensable de faire un concert de rock ou de hip hop assis. "Les concerts comme Foals, ou Muse dans des salles assises avec des masques, c'est ridicule quoi", lâche-t-il. 

À cause de toutes ces contraintes, le Zénith de Paris ne rouvrira pas pour l'instant, confie sa directrice à Europe 1. Ceux en zones vertes, c’est plus envisageable, dit-elle mais rien n’est encore programmé. Autre solution : faire des concerts en extérieur comme le fait le Trabendo à Paris. Problème : l’automne et le froid sont en train d’arriver.

Europe 1
Par Angèle Chatelier, édité par Antoine Terrel