Cinéma : que faut-il retenir du congrès des exploitants de salles à Deauville ?

, modifié à
  • A
  • A
De nombreux films ont été déprogrammés en raison du coronavirus. 2:09
De nombreux films ont été déprogrammés en raison du coronavirus. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le traditionnel congrès des exploitants de salle de cinéma se tenait cette semaine à Deauville. Comme chaque année, les distributeurs y sont venus présenter les bandes-annonces de leurs prochains films, devant une salle à moitié vide, coronavirus oblige. Du côté des gérants de salle, on attend le retour des blockbusters américains pour relancer la fréquentation. 

L'ambiance était morose, cette année, au traditionnel congrès annuel des exploitants de salle de cinéma, à Deauville, où les distributeurs viennent tous les ans présenter les bandes-annonces de leurs prochains film. En effet, la crise du coronavirus a fortement impacté la distribution dans les salles obscures, et de nombreux longs-métrages ont vu leur sortie repoussée. 

De nombreux films américains reportés 

Alors que le centre des congrès de Deauville est d'ordinaire plein à craquer, plus d'un siège sur deux était vide cette année. 265 bandes-annonces ont été projetées, soit une centaine de plus l’an dernier. Cette augmentation est très révélatrice du fait que moins de films sortent et vont sortir en salles, notamment les blockbusters américains qui ne cessent de repousser leurs sorties. Et c'est bien le retard des films d'outre-Atlantique qui inquiète Marie-Madeleine et Guy, qui tiennent des cinémas au Puy-en-Velay et à Douvres- la-Délivrande. "On y croit, on espère que ca va repartir. C'est dur", confie Marie-Madeleine à Europe 1. "On espère que James Bond sera bien maintenu au 11 novembre", explique quand à lui Guy. "Il manque des films un peu d'action."

Des films français prometteurs

D’ailleurs juste avant le début du congrès, on a appris que West Side Story version Spielberg était repoussé d’un an, Black Widow en mai, et Meurtre sur le Nil de Disney, à fin décembre. Disney qui, cette année, n’est même pas venu au congrès. Les exploitants de salle lui en veulent beaucoup d’avoir finalement sorti Mulan directement sur Disney + sans être passé par leurs salles.

Du côté des films étrangers, le programme est très light. Mis à part James Bond qui s’annonce à la hauteur, tout comme le nouveau Top Gun, que l’on attend toujours, on a revu les mêmes images que celles qui nous avaient été présentées l’an dernier. En revanche, du côté français, le programme est dingue. Le nouvel OSS 117, qui se déroulera en Afrique noire et doit sortir en février, s’annonce à la hauteur, tout comme les premières images d’Eiffel, sur l’histoire d’amour de Gustave Eiffel sur fond de construction du monument. Très séduisant aussi le nouveau film d’Albert Dupontel ou Le Discours, adapté du roman à succès de Fabcaro. Et puis à Noël, place au quatrième film Les Tuche qui se déroule justement pendant les fêtes de Noël.

Europe 1
Par Mathieu Charrier