Chef d'œuvre des super-héros, Watchmen ressort dans une version plus accessible

  • A
  • A
La réédition de "Watchmen" comprend 12 volumes édités au rythme de deux par mois de janvier à juin. 4:27
La réédition de "Watchmen" comprend 12 volumes édités au rythme de deux par mois de janvier à juin. © Urban Comics
Partagez sur :
Classique révolutionnaire et indémodable du genre super-héroïque, "Watchmen" est réédité chez Urban Comics en douze petits volumes. Un format qui offre une nouvelle porte d'entrée, plus accessible, dans le monde complexe inventé par Alan Moore et Dave Gibbons en 1986.

C'est l’une des, si ce n’est la plus grand histoire de super-héros jamais écrite. Watchmen, roman graphique qui avait révolutionné le genre à sa sortie en 1986, traverse les époques : édité en France en 1992, adapté en film en 2009, réédité en intégrale en 2012, des histoires dérivées en BD en 2014, une série en 2019. Et une nouvelle étape cette année avec la réédition, chez Urban Comics, du Watchmen original, découpé cette fois en chapitres : 12 tomes d'une trentaine de pages (4,90€). Un nouveau format plus accessible à ceux qui n'ont pas encore découvert l'univers unique du comics d'Alan Moore et Dave Gibbons.

Une histoire unique et radicale

Jusqu'ici, Watchmen n'était disponible que dans sa version intégrale. Un pavé de 450 pages, plus de deux kilos à la pesée et donc pas évident à lire. Surtout, le récit élaboré par l'esprit déjanté du Britannique Alan Moore est complexe, alambiquée, racontée avec énormément de texte et autant d'insinuations, loin de la simplicité traditionnelle des histoires de super-héros. De fait, cette nouvelle édition en 12 tomes, calquée sur la publication d'origine en feuillets, est parfaite pour les nouveaux lecteurs. Au rythme de deux tomes publiés tous les mois de janvier à juin, cela  permet de rentrer plus facilement dans l’histoire, sans se décourager devant la masse de lecture, et de digérer les événements.

De gauche à droite, Ozymandias, le Spectre Soyeux, Dr. Manhattan, le Hibou et Rorschach.

L'histoire de Watchmen, justement, est en apparence plutôt classique. Au milieu des années 1980, la menace d’une guerre nucléaire est imminente. À New York, les Watchmen, un groupe de super-héros hétéroclite, s’organise pour déjouer cette menace. Il y a là le Comédien, la star du groupe ; Rorschach, un justicier solitaire ; le Dr. Manhattan, un surhomme bleu qui a été exposé à des radiations ; le Hibou, héros très intègre ; Ozymandias, doté une intelligence supérieure ; et le Spectre Soyeux, la seule femme du groupe.

Ces "Gardiens" sont la deuxième génération de super-héros mais leurs échecs à répétition les ont obligés à cesser leurs activités costumées. Face à la menace, ils font tant bien que mal leur retour. Sauf que, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne s’entendent pas très bien. C'est là la particularité de Watchmen, qui déconstruit tous les mythes du genre super-héroïque, à commencer par les héros eux-mêmes. Les Gardiens sont méprisables, accros à la violence, égocentriques, vénaux… Bref, ils ne font pas rêver. Cette désillusion à l'égard de figures mythiques (chaque héros est calqué sur un modèle connu : Batman pour Rorschach, Superman pour le Dr. Manhattan, etc.), c'est la marque de fabrique de Watchmen, comics ancré dans une sombre époque.

Des super-héros méprisables

Ce réalisme, c'est l'idée géniale imposée par Alan Moore. "La majorité des auteurs passés avant nous n'avaient même pas envisagé de remettre en question les principes fondateurs du genre des super-héros", expliquait en 2007 le scénariste, également connu pour V pour Vendetta et Batman : The Killing Jokedans le documentaire Comics Britannia. "On s'est donc demandé ce que seraient les super-héros dans la vraie vie. Ils seraient sans doute un peu drôles, mais aussi tristes, voire touchants, mais aussi effrayants", estime Alan Moore.

Et si j'ai déjà lu Watchmen ?

En trois décennies, Watchmen s'est imposé comme un des comics les plus lus dans le monde, écoulé à des millions d'exemplaires. Si vous l'avez déjà lu, la réédition ne présente pas un grand intérêt, on vous conseille plutôt de relire l'intégrale. Voire, de vous procurer l'édition limitée collector en noir et blanc, splendide, annotée par le spécialiste américain Leslie S. Klinger. Vous y découvrirez tous les secrets et le génie de Watchmen (Urban Comics, 39€).

L'édition limitée de "Watchmen" comprend de précieuses annotations sur le dessin et le scénario.

C'est cette dimension inquiétante des super-héros qui prévaut dans Watchmen. "Quelqu’un qui met un masque et se balade dans les rues pour tabasser des criminels, c’est un justicier. C'est ce qu'est Batman. Pour le personnage de Rorschach, on s'est demandé ce que donnerait, dans le monde réel, un personnage comme Batman, motivé par la vengeance et la justice. Et la réponse est simple : ce serait un taré", assure le scénariste. Et tous les personnages sont du même acabit. Le Dr. Manhattan est un égoïste imperméables aux émotions, Ozymandias un mégalo qui se prend pour Ramsès II, le Hibou un lâche qui préfère vivre en pantoufles, etc.

Une "méditation sur le pouvoir" passionnante

Mais c’est justement la force de Watchmen : des héros détestables, confrontés à leur responsabilité et bien obligés de se bouger pour éviter l’apocalypse nucléaire. Ce qui transforme finalement l'histoire en "une méditation sur le pouvoir", selon les mots d'Alan Moore. "Qui garde nos Gardiens ?", est la question centrale du récit. Tout ça tient grâce à sa narration complexe mais vraiment magistrale, chaque développement de l'intrigue éclairant sous un jour nouveau les différents héros, jusqu'à un final inattendu. Cette nouvelle édition de Watchmen en 12 volumes rend d'ailleurs toute sa puissance au récit, chaque chapitre ayant un impact par lui-même.

Cette réédition surfe par ailleurs sur la série Watchmen, produite par HBO, qui vient de se terminer. Absolument phénoménale, il vaut mieux, pour l'apprécier à sa juste valeur, lire le comics. En effet, la série se déroule en 2019, 34 ans après l’histoire originale. Et elle aborde l’héritage des Watchmen. Rorschach est devenu une icône pour les suprématistes blancs, le Dr. Manhattan a disparu, le Spectre Soyeux traque les héros masqués… Et surtout, l’un des éléments-clés de l’intrigue est lié directement à la fin du comics. Une bonne raison de plus de vous plonger dans la réédition de Watchmen.

Comment appréhender l'univers de Watchmen ?

Pas facile de plonger dans l'histoire complexe imaginée par Alan Moore et Dave Gibbons. Voilà notre conseil de lecture et de visionnage. Commencez par le comics. Si vous n'êtes pas familier du genre, optez pour la réédition en 12 volumes. Vous progresserez à votre rythme, chapitre après chapitre. Sinon, la version intégrale sera du plus bel effet dans votre bibliothèque. Enchaînez ensuite avec la série de HBO, qui prolonge directement l'ultime chapitre du comics.

Regina King interprète Sœur Nuit dans la série "Watchmen" de HBO.

Quant au film de Zack Snyder, Watchmen : Les Gardiens, il n'apporte rien de plus puisqu'il s'agit d'une adaptation très fidèle, limite case par case, du roman graphique de 1986. Pour ceux qui n'auraient pas envie de le lire, il peut toutefois faire office d'alternative. Dans ce cas, optez pour la version "Director's cut" (3h06). Et pour faire le lien avec la série, lisez, quand il paraîtra en juin, le 12e et dernier chapitre du comics afin de connaître la "vraie fin" de Watchmen.