Cartman : "Je veux que les gens viennent rencontrer Cartman et repartent en ayant rencontré Nicolas Bonaventure"

  • A
  • A
© EUROPE 1
Partagez sur :
Invité dans l'émission "Culture-Médias", mercredi, sur Europe 1, le comédien a présenté son premier one-man-show. Un spectacle dans lequel il espère donner une image un peu différente de celle construite au fil des années à la télévision ou à la radio.
INTERVIEW

Cartman monte sur scène pour la première fois en solo. Jusqu'au 4 janvier, le comédien se produit sur la scène du théâtre Trévise à Paris, pour son one-man-show intitulé One. Après plusieurs années à faire rire sur les plateaux télé de TF1, notamment dans Vendredi tout est permis, l'ancien animateur radio s'aventure seul sur scène. Dans Culture médias sur Europe 1, il explique pourquoi il a décidé de franchir le pas.

Du micro des radios au théâtre

"Il faut quand même se mettre un coup de pied au derrière pour monter sur scène, c'est comme le saut en parachute", confie Cartman au micro d'Europe 1. Après plusieurs années à la télévision, l'humoriste s'est enfin décidé à monter sur les planches. Que ce soit aux côtés de Cauet ou dans la musique, dissimulé derrière le pseudo de Sébastien Patoche, Cartman a enchaîné les interventions à la radio et sur les plateaux de télévision. Aujourd'hui, c'est une autre image qu'il souhaite livrer au public. "Je veux que les gens viennent rencontrer Cartman et repartent en ayant rencontré Nicolas Bonaventure [son vrai nom, ndlr]", indique-t-il.

 

"Un homme de 40 ans qui regarde un peu en arrière"

Dans One, Cartman délaisse donc les déguisements et les personnages pour parler de lui. "Mon adolescence et mon expérience à la radio et à la télévision", détaille le comédien. C'est en testant des bouts de sketches qu'il a trouvé la bonne formule. "Mon spectacle s'est construit autour d'une idée : un homme de 40 ans qui regarde un peu en arrière, sur sa vie", décrit Cartman. En plus des dates à Paris, l'humoriste sera en tournée dans toute la France avec ce spectacle.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau