Reynolds, William Turner... 68 chefs-d'œuvres anglais exposés au musée du Luxembourg

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Grâce à des prêts du prestigieux Tate Modern de Londres, le musée du Luxembourg accueille une exposition exceptionnelle consacrée à la peinture anglaise. Europe 1 l'a visitée.

Gainsborough, Reynolds, Turner... Tous les grands noms de la peinture britannique sont réunis. Du 11 septembre jusqu'au 16 février prochain, le musée du Luxembourg, à Paris, accueille une exposition baptisée "l'âge d'or de la peinture britannique". 68 chefs-d'œuvres des 18e et 19e siècles ont été prêtés par le prestigieux musée de la Tate Modern à Londres pour cinq mois.

Cette collaboration est exceptionnelle. "C'est extraordinaire pour nous de prêter autant de tableaux", indique Martin Myrone, conservateur en chef de la peinture anglaise à la Tate. "Il y a des murs vides chez nous à Londres mais on va les remplir. Ce qui est vraiment très important, surtout en ce moment, c'est de pouvoir célébrer la culture anglaise et mettre en lumière sa diversité et sa qualité", ajoute-t-il.

La Tate a généreusement prêté ses chefs-d’œuvres

La Tate a demandé au musée français de dresser une "dream list", une liste de ses envies. "Nous avons commencé à travailler sur une liste de rêves dans laquelle figurait déjà Les Archers, de Reynolds", raconte Cécile Maisonneuve, conseillère scientifique à la Réunion des Musées nationaux. Cette toile, aussi appelée Le Colonel Acland et Lord Sydney, est le clou de l'exposition. On y voit deux hommes aristocrates qui tirent à l'arc en forêt.

Joshua_Reynolds__Le_Colonel_Aclan-jpg

© Tate, London, 2019

Le musée londonien a fait preuve de la même générosité pour les œuvres du peintre William Turner. "On se disait que la Tate ne lâcherait pas un grand Turner. On en a choisi un petit et la Tate nous en a proposé un très grand", explique Cécile Maisonneuve. Les visiteurs pourront dire merci aux Anglais, car le résultat final de l'exposition est sublime.

Europe 1
Par Diane Shenouda, édité par Aude Le Gentil