Quarante ans des Bronzés font du ski : "Ces films ont changé ma vie", confie Patrice Leconte

, modifié à
  • A
  • A
1:49
Partagez sur :
À l’occasion des 40 ans du film culte "Les bronzés font du ski", son réalisateur Patrice Leconte revient au micro d’Europe 1 sur les coulisses de sa création.
INTERVIEW

Après Les bronzés, réalisé en 1978, c’est tour des Bronzés font du ski, sorti en 1979, de passer le cap des 40 ans. À l’occasion de l’anniversaire de ces films devenus cultes, leur réalisateur, Patrice Leconte, était invité sur Europe 1 à raconter les coulisses des tournages. "Ces films ont été extrêmement importants pour moi, ils ont changé ma vie", confie le cinéaste, également auteur durant sa longue de Ridicule. "Quand je me suis mis à faire des films qui n’étaient pas des comédies, il m’est arrivé de rencontrer des journalistes qui m’interrogeaient sur ma filmographie et me disaient un peu méprisants 'on oublie Les Bronzés' ; je répliquais : 'vous plaisantez, comment ça on oublie ?!'"

Patrice Leconte s’étonne encore aujourd’hui devant les scores d’audience que remportent Les bronzés. À chaque rediffusion, entre 7 et 8 millions de téléspectateurs se réunissent devant le petit écran en France. "Les films comme Les bronzés ont été de bons succès dès la sortie mais ils sont vraiment devenus cultes à force de passer à la télévision", explique le réalisateur. "Ils sont devenus inusables."

"Quand on a fait le premier film, on s’était dit que jamais on ne ferait de deuxième volet"

Comment expliquer la magie de ces films ? "Les gens ont souvent le DVD chez eux mais ça ne vient pas à l’idée de se dire 'tiens, je regarderais bien Les bronzés'", fait-il remarquer. "Mais quand ça passe à la télévision, il y a plusieurs millions de gens qui se marrent au même moment, il y a une sorte de communion virtuelle, qui fait que le lendemain on peut en parler à la machine à café."

Patrice Leconte reconnaît toutefois que Les Bronzés 3 n’a pas reçu de très bonnes critiques. "On est conscient des limites du film mais le film a fait près de 11 millions d’entrées", rappelle-t-il. "Si le film avait vraiment été naze, ça se serait su très vite." Il n’exclut pas d’ailleurs la sortie d’un quatrième épisode : "Quand on a fait le premier film, on s’était dit que jamais on ne ferait de deuxième volet ; quand on a tourné le deux, on s’était aussi dit pas de trois… alors on verra !"