VIDEO - Coupe du monde : quand Adil Rami raconte l'évacuation de l'hôtel des Bleus après une affaire d'extincteur

, modifié à
  • A
  • A
Adil Rami, équipe de France crédit ; YURI CORTEZ / AFP - 1280
Le défenseur Adil Rami raconte comment il a déclenché l'alarme incendie de l'hôtel des Bleus en dégoupillant un extincteur © YURI CORTEZ / AFP
Partagez sur :
VIDEO - Le défenseur Adil Rami est revenu sur les coulisses de l'évacuation en pleine nuit de l'hôtel d'Istra après la victoire de l'équipe de France contre l'Argentine. Une "bêtise" qu'il relate avec humour mais qui aurait pu lui coûter sa place dans la compétition.

Après le retour triomphal en France des Bleus victorieux en Coupe du monde, le défenseur Adil Rami a fait une mise au point sur une anecdote concernant une bataille d'extincteurs après le match contre les Argentins, sur le plateau de l'émission de TF1 Merci les Bleus, lundi.

Une affaire de chambre retournée. À la suite de la victoire de l'équipe de France contre l'Argentine en huitième de finale, l'hôtel d'Istra où les Bleus étaient logés avait dû être évacué en pleine nuit. Lundi soir, Adil Rami a révélé que tout est parti d'une blague qui a mal tourné. Ce soir-là, comme à son habitude, le défenseur joue au Fortnite, "nu", dans sa chambre. Une quinzaine de ses coéquipiers ont quant à eux décidé, en revenant du restaurant, de "retourner" les chambres de tous les membres de l'équipe qui leur ouvrait la porte. Alerté par le bruit, Adil Rami se prépare à les accueillir après avoir "remis [son] slip". Il précise avoir pris un extincteur, par sécurité "contre les gamins".

"Quand ils sont entrés, ghostbuster". "Ben [Benjamin Mendy] bloque la porte avec son pied", raconte le footballeur. Prêt, Adil Rami dégoupille son extincteur et "là quand ils sont rentrés, ghostbuster". Car il ne s'agit pas de mousse mais de fumée, une "chicha ! On ne se voyait même pas à un mètre dans le couloir." Tant et si bien que l'alarme incendie se déclenche. "Quand j'ai vu l'ampleur de cette bêtise, je me suis dit que j'allais me faire virer", confie le défenseur. Malgré tout, les Bleus continuent de s'amuser. "Tout le monde danse, on se tape dessus tellement on ne se voit pas", précise-il encore. "Mais ça faisait mal pour respirer."

"Je pense que je suis dans la merde". C'est alors que "Momo" de la sécurité les incite à sortir : "C'est toxique !", déclare-t-il. Et "comme des mouches", tout le monde se réveille et quitte les lieux, même Didier Deschamps "en pyjama". Mais à ce moment-là, Adil  Rami confie qu'il n'en menait pas large. "Je pense que je suis dans la merde." Finalement tout est bien qui finit bien et "aujourd'hui, ça fait des bons souvenirs", relativise l'humoriste Issa Doumbia, présent sur le plateau de TF1.