Présidentielle 2017 : revivez le "Grand débat" des onze candidats

  • A
  • A
Présidentielle 2017 : revivez le "Grand débat" des onze candidats
Les onze candidats sont réunis mardi soir sur le plateau de CNews et BFM TV
Partagez sur :

Les onze candidats se sont affrontés pendant près de 4 heures, sur BFMTV et CNews, dans un dispositif inédit à 19 jours du premier tour de la présidentielle.

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
00h39
Le 04 avril 2017
Et voilà, c'est terminé, après 3h56 de débat ! Pour ceux qui sont encore debout, on vous souhaite une belle et agréable nuit ! 
00h38
Le 04 avril 2017

[EN DIRECT DES QG] Marine Le Pen : "Ce qui est important, c'est ce sentiment d'appartenir à une civilisation qui est danger. Comment rassembler les Français ? En leur rappelant qu'ils ont une nation, une patrie, dont ils sont propriétaires. Avec des droits. (...) Oui, il est tout à fait possible de s'en sortir. Pour tout cela, il faut reprendre notre souveraineté nationale(...) Le peuple français est un très grand peuple, (...) n'ayez pas peur de la liberté."

00h37
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] Jean Lassalle veut refaire "connaître du bonheur". "Française, Français, chers amis républicains, vous qui croyez encore aux forces de la civilisation [...] il faut transmettre à nos enfants un état de paix. Il faut engager un effort de guerre pour sauver la paix. Il faut transmettre le savoir, de ce grand et beau pays, de l'Europe, du monde", poursuit le candidat, concluant : "j'ai besoin de vous !"  
 
 
 
00h34
Le 04 avril 2017

[UNE MINUTE POUR CONCLURE]  Jacques Cheminade : "Il faut retrouver les jours heureux de la Libération, mais pas avec les institutions actuelles. Se libérer de l’occupation financière que nous subissons aujourd'hui. Il faut faire sauter le verrou financier. Il faut une politique de crédit public pour l’avenir, séparation bancaire, élimination des dettes odieuse. Une politique qui créé de la vraie richesse, de la vraie croissance. Allez dans ce sens exige qu'on rétablisse l'estime de soi". Avec "une grande politique culturelle comme le voulait Léo Lagrange [sous-secrétaire d'État aux sports et à l'organisation des loisirs sous le Front populaire, entre 1936 et 1938]", conclut Jacques Cheminade.

00h33
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] "Le projet que je vous propose est celui de tourner la page de ces 20 dernières années de politique. Je ne vous propose pas une alternance de droite ou de gauche, mais une alternance d'efficacité", déclare pour sa part Emmanuel Macron, avec au passage une pensée pour l'outre-mer, "où la situation est difficile, et l'égalité des chances n'est pas au rendez-vous". "Je propose un projet d'émancipation, par l'école et la culture, un projet qui vous redonnera confiance en vous".
00h30
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] François Asselineau : Je suis seul qui vous propose une sortie de l'euro et de l'Otan. N’ayez pas peur. Savez-vous que la France donne 23 milliards à l'Union européenne et n'en reçoit que 1 ? (...) Mes chers compatriotes, si vous votez pour l’un ces dix candidats qui proposent de renégocier l’Europe, (...) vous serez obligés de constater que le président élu sera contraint d'augmenter la TVA, (...) ou d''ubériser' la société. Ayez confiance en la France qui va renouer avec la grande histoire comme la Grande-Bretagne."
00h29
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] "On nous parle de vote 'utile'. Cela fait des années mais c'est profondément 'inutile'", dénonce Nicolas Dupont-Aignan. "Je crois, en tant que gaulliste, à un patriotisme humaniste, de bon sens. Je suis convaincu que vous Français, quelle que soit votre origine, votre lieu de naissance, votre couleur politique, vous saurez réagir. A condition que le président que vous aurez élu vous aime". 
00h26
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] Benoît Hamon : "Mes chers compatriotes, je vous propose de voter "pour". Pour le futur désirable. (..) pour la transition écologique. (...) Beaucoup ne cherchent à retenir de vous ce qui vous divisent. (...) Vous êtes la France et vous incarnez le plus beau visage de la République. Vous qui avez construit la France, Polonais, Italien, (...) vous qui lisez la Bible, le Coran, ou qui n'ont aucune religion : vous êtes la France. Je veux vous inscrire dans un projet social de liberté, de fraternité et égalité. Ensemble, nous irons beaucoup plus loin.
00h25
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] "Nous on ne s'adresse pas aux Français", lance à son tour Philippe Poutou. "On s'adresse à toute la population, à tous les travailleurs, qu'ils soient Français, résidents étrangers, travailleurs immigrés..." Rendant hommage aux grèvistes en Guyane, le candidat NPA promet de lutter "contre les restes du colonialismes français", souhaitant que leur "mouvement s'étende". "Tout ce que l'on propose s'imposera par des luttes sociales", termine Philippe Poutou. 

 
00h21
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] Au tour de François Fillon : "La situation du pays est grave. (...) On a besoin de rendre aux Français leur fierté, de rendre aux Français leur sécurité. (...) Pour ça il faut une alternance. Je suis seul à proposer cette alternance (...). Le seul si les Français ne veulent pas du chaos ou de la continuité de François Hollande."
00h21
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] "Je ne veux pas rassembler les Français", lance d'emblée Nathalie Arthaud. Et d’égrener : "Il y a des dizaines de millions de travailleurs qui sont transformés en esclaves. Aujourd'hui on a eu droit à des beaux discours, à des promesses. Mais personne n'a dit qu'il fallait faire payer les classes capitalistes". 
00h19
Le 04 avril 2017
[UNE MINUTE POUR CONCLURE] Celle de Jean-Luc Mélenchon d'abord : "Je ne veux plus personne à la rue, plus personne dans la gêne. Je veux enfin agir dans la paix. Il y a une guerre qui vient et qui monte. (...) Françaises, Français, la République dans notre pays, c'est plus qu'une institution, c'est une manière de penser en commun, (...) c'est une feuille de route. Maintenant il s'agit de changer de régime. Mais avant toute chose, le moment de retrouver le goût du bonheur."
00h18
Le 04 avril 2017

C'est l'heure des conclusions ! 


00h16
Le 04 avril 2017
Jean Lassalle remercie la tenue du débat : "Grâce à ce débat, on voit qu'il n'y a pas que cinq personnes en France qui ont des idées."
 


 
00h13
Le 04 avril 2017
La candidate de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud, a un mot pour la situation en Guyane : "En Guyane, la population a trouvé l'idée pour s'imposer. La lutte collective, c'est le meilleur moyen."
 
00h11
Le 04 avril 2017
"Ça se voit que vous ne connaissez pas grand chose au travail", lance Philippe Poutou  à Emmanuel Macron. Le candidat ouvrier reproche au candidat d'En Marche! de vouloir supprimer le nom du compte pénibilité parce qu'il "induit que le travail est une douleur", comme le rapporte L'Obs.
00h12
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB] Le candidat de la droite s'agace des (très) nombreuses attaques de Philippe Poutou à son encontre 
 

 

 

00h08
Le 04 avril 2017
Philippe Poutou s'empare lui aussi de la thématique sociale. "Il y a une urgence sociale. (...) Il faut un service public du logement, du transport, avec la gratuité du transport, un service public de l'éducation, de la culture", énumère le candidat du NPA. 
 
"Il faut augmenter l'impôt sur les grosses fortunes, il faut une fiscalité sur les plus riches (...) ça nous permettra de financer les services publics", poursuit Philippe Poutou
 
00h09
Le 04 avril 2017
"J'ai rien compris", raille Nicolas Dupont-Aignan après l'intervention d'Emmanuel Macron. Mais les journalistes laissent tout de même parler le candidat d'En Marche ! Ce qui énerve Marine Le Pen : "On a le droit d'interroger Monsieur Macron, à chaque fois vous [les journalistes] intervenez, ça commence à être voyant quand même."
 
Riposte de l'intéressé : "Je ne fais du bavardage comme Madame Le Pen, à énumérer toutes les clientèles et distribuer l'argent public qu'on n'a pas."
00h05
Le 04 avril 2017
Absent du débat depuis un certain temps, Emmanuel Macron prend la parole dans cette dernière partie du débat. Le candidat d'En Marche! souhaite "embaucher sur des priorités". "Sur l'école sur la sécurité et sur la santé", poursuit juge Emmanuel Macron. 
 
"On aura dans le quinquennat qui vient 500.000 fonctionnaires qui vont partir à la retraite. "Un million", rétorque François Fillon. "Je propose d'en supprimer 120.000", poursuit l'ancien ministre de l'Economie, sans tenir compte de la remarque du candidat de la droite. "On ne peut pas avoir deux camps. Celui du 'on va avoir plein de services publics et demain on rase gratis'. Et celui du 'on a 100 milliards de dette à apurer'", poursuit l'ancien ministre de l'Economie. 
 
00h01
Le 04 avril 2017
"'Liberté, égalité, fraternité, c'est quand tout le monde a accès à nouveau à un certain nombre de services. Il faut curer tout ce qui a été détruit, notamment en matière de santé", lance Jean-Luc Mélenchon. Au passage, le candidat de la France insoumise dénonce la pénurie d'eau potable à Mayotte. Une situation qu'il juge intolérable.
 
"Nous ne pouvons pas dire à la jeune génération que son avenir sera de payer la dette. Ce n'est pas vrai, ni en France, ni en Espagne... Cette dette doit être rachetée par la Banque centrale européenne, pour devenir une dette perpétuelle", poursuit le candidat de la France Insoumise, qui veut une réforme profonde du fonctionnement de l'institution bancaire européenne. Son programme, ambitieux mais très coûteux, est résumé dans notre article ici : 
 

Jean-Luc Mélenchon prône une relance économique ambitieuse mais incertaine

ÉCONOMIE - Loin de son image de candidat anti-système, Jean-Luc Mélenchon a présenté dimanche le chiffrage d’un programme économique classique, sérieux mais néanmoins ambitieux.
 
 
00h01
Le 04 avril 2017
Emmanuel Macron se fait discret depuis un certains temps, comme le remarque cette journaliste du JDD avec humour
 

23h59
Le 04 avril 2017
"Si on continue à avoir un pays où tout va vers les métropoles et où on laisse crever les campagnes et les villes moyennes", déplore Nicolas Dupont-Aignan.
 
Pour rompre avec l'isolement dans les territoires périphériques, Nicolas Dupont-Aignan veut s'appuyer notamment sur le numérique.
23h55
Le 04 avril 2017

Jacques Cheminade allume les candidats : "Vous êtes des grandes gueules qui essayent de voler les plus faibles. Les dettes dont vous parliez monsieur Fillon, ce sont des dettes iniques !"

23h52
Le 04 avril 2017
Echange musclé entre Benoît Hamon et François Fillon sur les fonctionnaires. "Pendant la crise mondiale de 2008, ce sont eux qui ont tenu le pays. Qu'est-ce que vous nous dites ? C'est à eux de faire des sacrifices !" (...) Moi j'aime la fonction publique", lance encore Benoît Hamon. François Fillon réplique aussitôt : "Vous l'aimez tellement que vous voulez provoquer la ruine de ce pays." Et Benoît Hamon de répondre : "C'est vous qui avez provoqué la ruine du pays en cinq ans !"
 

23h51
Le 04 avril 2017
"Quelles racines ? Où est-ce qu’elles vous poussent les racines chez vous ?" L'échange entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen est à revoir ici :
 
23h48
Le 04 avril 2017
[Pause Lab] Les deux candidats sont d'accord sur la tenue du débat, ironise Le Lab.  
 
23h46
Le 04 avril 2017
François Fillon réagit et évoque le problème de la dette française, "qui pèse aujourd'hui sur l'ensemble de nos activités", selon lui. "Il faut moderniser notre système administratif", plaide encore le candidat de la droite, dans une optique de réduction budgétaire. Il répond, au passage, à François Asselineau : 
 

23h44
Le 04 avril 2017
"J’inscrirais dans la Constitution le principe de la sécurité sociale", annonce de son côté François Asselineau, qui trouve "scandaleuse" la proposition de François Fillon de "privatiser la Sécurité Sociale". "C'est Saint-Louis qui a créé le premier établissement public de santé en 1253", lance encore François Asselineau. 

 

23h43
Le 04 avril 2017
"Je veux bien que l'on fasse la police de la parole, mais alors faites votre travail", lance Benoît Hamon aux journalistes, alors que Marine Le Pen a déjà parlé plus de 17 minutes, contre à peine plus de 12 pour le candidat socialiste, qui n'est pourtant pas le plus en retard.
 

23h41
Le 04 avril 2017

"On aime bien taper sur les services publics quand on veut mettre en place la réduction de l'Etat. Et quand l'Etat se réduit, les intérêts privés peuvent se déployer, et ils sont très bien défendus dans cette élections", juge Marine Le Pen.

Le débat aborde sa troisième partie consacré au modèle social de la France. 

23h38
Le 04 avril 2017
Sans transition, Jean Lassalle se prononce pour restaurer la clause de compétence générale pour les communes. Une manière de redonner du pouvoir aux petites villes, estime le député des Pyrénées-Atlantique. 
 
"Je maintiens les départements (...). Et je veux instaurer 10 % de vote à la proportionnelle" aux élections, a encore indiqué Jean Lassalle, dans un monologue plutôt difficile à suivre.
23h37
Le 04 avril 2017
La culture juridique de François Asselineau ne passe pas inaperçue, et en inspire certain(e)s 
 

23h33
Le 04 avril 2017
"Je voudrais que tous les candidats s'engagent à ce qu'on retrouve dans quelques jours sur France Télévisions. On nous a dit qu'on ne pouvait pas débattre à onze, c'est faux. Je trouve que le débat est de bonne qualité", juge Nicolas Dupont-Aignan
 
Une allusion aux incertitudes sur le débat organisé le 20 avril sur France 2, dont certains candidats ont critiqué la tenue.
23h30
Le 04 avril 2017
Nathalie Arthaud rebondit aussi aux propos de Marine Le Pen de modifier la Constitution. "Dans la constitution, il y a écrit le droit de chacun à un emploi. Il y a six millions de femmes et d'hommes qui n'en ont pas. (...) Donc votre numéro de changement de constitution n'y changera rien."
 

 
23h31
Le 04 avril 2017
S'en est suivi un débat autour des crèches (de Noël) : "Les crèches dans les mairies comme les sapins de Noël dans les écoles, tout cela participe de nos racines", selon Marine Le Pen. "Vous voulez mettre des symboles religieux dans les mairies ? C'est ça la laïcité ?", rétorque Jean-Luc Mélenchon. Et d'enchaîner :" "60 % des Français n'ont pas de religion. Foutez nous la paix avec votre religion. Qui vous dit que je n'ai pas une crèche chez moi ? Simplement, je ne la montre pas à tout le monde !" 
23h28
Le 04 avril 2017
Marine Le Pen, qui veut gouverner à l'aide des référendums, souhaite inscrire la priorité nationale dans la Constitution. Ce qui permettrait, selon elle, de défendre les "racines" de la France, notamment en mettant des crèches dans les mairies. Une proposition qui fait vivement réagir Jean-Luc Mélenchon.
 
"Nous ne sommes pas obligés de subir vos foucades, vos trouvailles. Ou est-ce qu'elles vous poussent les racines ?", a bondi le candidat de la France insoumise.  
 
 
23h24
Le 04 avril 2017
Par ses envolées sur les affaires, sa façon de briser les codes médiatiques et sa franchise, Philippe Poutou fait sensation depuis le début du débat. Mais connaissez-vous vraiment son parcours et son programme ? Dans le cas contraire, vous pouvez visiter sa page ici.

 

23h20
Le 04 avril 2017
Pour François Fillon, les urgences sont les difficultés économiques et sociales, et non une "bataille institutionnelle" en début de mandat. "Je considère qu'elles (les réformes institutionnelles) ne sont pas prioritaires" dans la situation actuelle, juge le candidat de la droite. "Pas de grand soir institutionnel, mais une meilleure gestion des institutions", résume François Fillon.
23h18
Le 04 avril 2017
"Je pense qu'il est bon de limiter dans le temps la fonction de parlementaire. On a besoin du renouvellement", insiste  pour sa part Emmanuel Macron qui souhaite limiter le nombre de mandat à trois dans le temps. "La moitié des investitures (aux élections législatives) seront donnés à des femmes et des hommes" de la société civile, promet également le candidat d'En Marche!
 

 
 
23h16
Le 04 avril 2017
Jacques Cheminade veut, lui, une "assemblée de 500 citoyens tirés au sort comme l'Islande l'a fait pour réfléchir au futur de notre démocratie." "Le nombre de députés doit être réduit à 400", plaide encore le candidat du parti Solidarité et Progrès.


 

23h13
Le 04 avril 2017
Philippe Poutou charge encore Marine Le Pen. "Madame le Pen a encore sorti un mensonge (...) il n'y pas de protection des délégués syndicaux. Aujourd'hui des délégués syndicaux sont révoqués ou menacés de l'être dans la fonction publique (...). Et quand ils sont convoqués par la police, ils y vont !"
 
Dans sa prise de parole, Philippe Poutou propose aussi de supprimer la fonction présidentielle. "Nous voulons une démocratie directe", explique le candidat du NPA, "le contrôle par en bas".
23h12
Le 04 avril 2017
Vous avez loupé les explications entre Emmanuel Macron et Nicolas Dupont-Aignan sur la banque Rothschild ? BFMTV a isolé la séquence :
 
 
23h09
Le 04 avril 2017
Au tour de Nathalie Arthaud d'évoquer la moralisation de la vie politique. Plutôt que des propositions, la candidate de Lutte ouvrière profite de la tribune pour dénoncer les "passes-droits" dans la vie politique.
 
"Quand on est élu, on a plus de devoirs que des autres, on ne devrait pas avoir ces privilèges et ses passes-droits qui sont écoeurants", lâche la candidate visant au passage François Fillon. "Pour moins que des erreurs comme vous les avez avouées, un travailleur peut être mis à la porte !"
23h06
Le 04 avril 2017
De son côté, François Asselineau critique vertement les prêts des banques dans les campagnes électorales. "Les Républicains ont 67 millions d'euros de dettes auprès des banques", dénonce le président de l'UPR.
 
Qui fait le parallèle avec sa situation : "Moi j'ai zéro euros de dette auprès des banques. Si je suis élu, je demanderai qu'aucun parti ne puisse bénéficier d'un soutien bancaire."
 

23h04
Le 04 avril 2017

Pour Jacques Cheminade, "le poisson pourrit par la tête, il faut que le président de la République soit respectable."

"Il ne faut pas qu'il bénéficie de façon exagérée aux avantages de cette fonction, ne pas faire la une des magazines avec sa femme. Si je suis élu, ma femme restera discrète", promet Jacques Cheminade.


 

23h10
Le 04 avril 2017
Après une séquence compliquée pour lui sur les affaires, François Fillon aborde lui aussi la moralisation de la vie politique. Pour l'occasion, le candidat de la droite a choisi comme François Hollande en 2012 de verser dans l'anaphore :
 
"Qu'est-ce que c'est qu'un président exemplaire ? C'est un président qui dit la vérité aux Français sur la situation de France et la réalité du monde. Un président exemplaire, c'est un président qui ne se sert pas des moyens de l'Etat pour affaiblir ses adversaires. Un président exemplaire, c'est un président qui ne se confie pas aux journalistes."
 
Interrogé par les journalistes sur les "affaires" par les journalistes, François Fillon a refusé de s'exprimer sur le sujet. "Je refuse de répondre aux journalistes. (...) On a voulu me faire taire pendant deux mois. (...) Personne ne viendra m'intimider", a lancé François Fillon. 
 

22h58
Le 04 avril 2017
"J'ai eu des fonctions, j'ai exercé un métier, je n'ai jamais pris ça pour un défaut", répond Emmanuel Macron à ceux qui pointent le "pantouflage" entre la banque Rothschild et son passage par le gouvernement de François Hollande. "J'ai toujours été clair et préservé mon indépendance", assure le candidat d'En Marche!. 
 

22h55
Le 04 avril 2017
Pour ceux qui se posent la question, la dame qui ressemble à Penelope Fillon derrière Marine Le Pen est en fait la sœur de la candidate FN, Marie-Caroline Le Pen.
 
22h53
Le 04 avril 2017
"Vous vous posez en victime et dans ce rôle vous n'êtes pas convainante". Après une dernière pique envoyée à Marine Le Pen, Benoît Hamon récupère la main dans le débat et avance ses propositions :
 
"Il faut faire tomber les privilèges. Il faut une loi de moralisation publique. Il faut exiger un casier vierge" pour être élu indique le candidat socialiste. "Moi je souhaite qu'il n'y ait plus de pantouflage. (...) Je veux que demain, le élus ne puissent pas cumuler leur mandat et une autre profession."
 
Le candidat socialiste termine sur le volet de la moralisation politique par une charge destinée à François Fillon : "Il faut en finir avec ces emplois familiaux."
 

23h18
Le 04 avril 2017
La seconde charge est à voir ici 
22h52
Le 04 avril 2017
La charge de Philippe Poutou est à revoir (absolument) en vidéo : 
 
22h49
Le 04 avril 2017
Marine Le Pen répond aux accusations d'emplois fictifs au Parlement européen :
 
"Je suis persécutée politiquement, je le dis clairement, dans des affaires où il n'y a pas l'ombre d'un enrichissement personnel. Mes assistants parlementaires ne travaillaient pas pour l'Europe, mais contre l'Europe, et j'en suis fière."
22h47
Le 04 avril 2017
Marine Le Pen n'est pas en reste dans les attaques de Philippe Poutou :
 
"Le FN qui se dit antisystème se fait pas chier avec les lois du système pour ne pas se rendre aux convocations de la police. (...) Il y a pas d'immunité ouvrière pour nous. (...) Laissez-moi vous dire que l'antisystème, c'est de la foutaise !"
 

22h45
Le 04 avril 2017
Il est 22h40 et Philippe Poutou lâche les coups à tout-va contre François Fillon :
 
"Depuis janvier, c'est le régal, Fillon, est en face de moi, plus on fouille, plus on sent la corruption, la triche. En plus c'est des bonhommes qui nous expliquent qu'il faut la rigueur, et ils piquent dans les caisses."
22h45
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB] Le candidat du NPA n'est pas vraiment un pro des médias, et cela se voit
 

22h44
Le 04 avril 2017
Jean Lassalle a sa petite idée quant à la question de la moralisation politique : "Etre un président exemplaire, ce sera facile, il y a quarante ans qu'il n'y en a pas eu."
22h40
Le 04 avril 2017
Nicolas Dupont-Aignan souhaite que les élus aient un casier judiciaire vierge. "C'est fondamental", juge le député de l'Essonne. "Comme pour le dopage, il faut une dissuasion nucléaire. Si vous êtes pris, vous ne pourrez pas être candidat", poursuit le candidat.
 
 
22h38
Le 04 avril 2017

"Je compte remettre tout à plat, et convoquer une constituante", explique Jean-Luc Mélenchon sur le volet des réformes des institutions. "Le peuple aura le droit de révoquer un homme politique en cours de mandat, y compris le président de la République."


 

22h37
Le 04 avril 2017
François Asselineau connaît visiblement les traités européens par cœur. Le président de l'UPR cite l'article 63 d'un traité sur la liberté de capitaux pour parler des investissements du Qatar en France.
 
Si vous voulez lire en intégralité l'article 63, nous vous proposons ce lien.
22h34
Le 04 avril 2017
"Je peux vous dire ce que je ne ferai pas" en matière de sécurité, explique Nathalie Arthaud, visant François Fillon et Marine Le Pen. "Je ne profiterai pas des attentats" pour "m'en prendre aux musulmans et aux migrants". 
 
"Cette société est malade", poursuit la candidate de Lutte ouvrière, qui fustige, une fois n'est pas coutume, le grand patronat.
22h39
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB]  Le candidat de Solidarité et progrès fait le show
 

22h35
Le 04 avril 2017
François Fillon reprend la parole et développe ses propositions pour "vaincre le totalitarisme islamique". "Il faut que la France participe à une alliance mondiale, avec la Russie", plaide le candidat de la droite, partisan d'un rapprochement avec Vladimir Poutine. 
 
"On doit expulser les étrangers qui menacent la sécurité nationale et dissoudre les organisations qui se réclament des salafistes et les Frère musulmans", poursuit François Fillon.
 

22h29
Le 04 avril 2017
En réaction à l'analyse de Marine Le Pen, Benoît Hamon attaque fort : "Daech, ça vous arrange, ça vous fait prospérer. Vous manifestez avec les pires intégristes : vous et votre nièce [Marion Maréchal-Le Pen]"
 

22h25
Le 04 avril 2017
Sur le plan régalien, Marine Le Pen veut "retrouver le contrôle des frontières". "Il faut redonner les moyens à notre police et à notre armée", poursuit la candidate FN, qui promet 80 milliards d'économie pour renflouer les forces de l'ordre. Marine le Pen s'en prend à François Fillon, qu'elle accuse d'avoir raboté les moyens aux forces de l'ordre lors du quinquennat Sarkozy. "La France est une université du djihadisme", lance encore la candidate FN. 

22h21
Le 04 avril 2017
Si vous voulez revoir les présentations de chaque "petit" candidat, c'est par ici :
 

Comment les "petits candidats" se sont présentés aux Français lors du débat

POLITIQUE - Entre "politiciens corrompus" et "système usé", les six "petits candidats" à la présidentielle ont marqué leurs différences mardi soir, lors du débat télévisé.
22h19
Le 04 avril 2017
Jean Lassalle veut engager la diplomatie française pour résoudre les conflits aux Moyen-orient. Le député des Pyrénées-Atlantique se prononce aussi pour la création d'une armée de cyberdéfense pour lutter contre le terrorisme.
 

22h17
Le 04 avril 2017
De son côté, Benoît Hamon rend hommage à la Russie, visée lundi par un attentat terroriste. Comme d'autres candidats, le candidat socialiste préconise ensuite de porter à 2% du PIB l'effort alloué à la Défense nationale.
 

 
22h15
Le 04 avril 2017
Le candidat de l'Union populaire républicaine a fait rire tout le monde :
 

22h15
Le 04 avril 2017
A la place d’égrainer ses mesures, le candidat de Debout la France "rend hommage" aux policiers et aux militaires. Passé cet hommage, Nicolas Dupont Aignan promet d'augmenter le budget de la Défense de 10 milliards d'euros. Le candidat veut aussi "un renseignement plus subtil" et arrêter d'être faible les terroristes.
22h12
Le 04 avril 2017
François Asselineau défend, lui, la hausse sensible des budgets militaires. Le président de l'UPR propose également de sortir de l'Otan et de mettre un terme à "toute complaisance avec l'Emirat du Qatar et de l'Arabie saoudite" .
22h10
Le 04 avril 2017
"La menace (terroriste) elle est là", explique Emmanuel Macron. Le candidat d'En marche! prône "une intervention militaire indispensable" sur les zones de théâtre terroriste, insistant sur la situation au Nord Mali. Emmanuel Macron souhaite également faire de la cyberdéfense un axe de sa politique de lutte contre le terrorisme.
22h12
Le 04 avril 2017
Désarmer la police et lutter contre le terrorisme, est-ce incompatible ? "Ça n'a rien à voir", rétorque Philippe Poutou, partisan du désarmement des forces de l'ordre. "On pense que l'état d'urgence et la police armée se sert du terrorisme pour museler les contestations. [...] Aujourd'hui, ce sont une dizaine de jeunes qui meurent chaque année", argumente le candidat NPA. Et d'enchaîner : "L'Etat Français a une responsabilité dans l'aggravation de la situation des peuples au Moyen-Orient"
 

22h07
Le 04 avril 2017

Le débat reprend, les candidats doivent désormais s'exprimer sur leurs idées en matière de sécurité. 

22h06
Le 04 avril 2017
 
Programmes biographie, parcours... Si vous ne parvenez toujours pas à faire votre choix, vous pouvez comparer chaque candidat sur notre page dédiée ici :

Candidats officiels - Élection présidentielle 2017

ELECTION PRESIDENTIELLE 2017 - La liste officielle des candidats validés par le conseil constitutionnel
 
22h02
Le 04 avril 2017

C'est la pause au bout d'une heure vingt de débat !  On souffle et on revient vous raconter la suite du débat

22h00
Le 04 avril 2017
Et le dernier mot de cette première partie, consacrée à l'emploi, va à Jacques Cheminade : "J'avais dit en 1995 qu'une très grande crise économique allait avoir lieu dans 10-12 ans, elle a eu lieu. Là, je dis qu'un véritable tsunami va s'abattre sur nous !"
 
22h00
Le 04 avril 2017
Le clash entre Nicolas Dupont-Aignan et François Fillon évoqué plus bas est à retrouver dans cette vidéo découpée par CNews
 

22h08
Le 04 avril 2017
Juste avant la fin de la première partie, Jean-Luc Mélenchon est pris à partie par Benoît Hamon sur sa politique européenne. Le candidat socialiste reproche à Jean-Luc Mélenchon que son plan sur l'UE "manque de solutions" Un peu plus tôt, Jean-Luc Mélenchon reprochait aux autres candidats de n'être "pas raisonnable" et d'oubliez "la question centrale, la puissance de la France".
 

21h56
Le 04 avril 2017
"Que se passe-t-il si nous sortons de l'Europe ?", lance Benoît Hamon, opposé à une sortie de l'UE. "Demain, pas d'Europe, c'est la compétition à tout-va", assure le candidat socialiste. Emmanuel Macron embraye et tacle Marine Le Pen. "Ce que vous proposez, c'est le nationalisme. (...) Le nationalisme c'est la guerre", lance le candidat d'En marche!. Réponse illico de la candidate FN qui juge que ces arguments sont "des vielles badernes de 50 ans".
21h52
Le 04 avril 2017
"C'est de la diversion", juge encore une fois Nathalie Arthaud sur la question d'une sortie de l'Union européenne. "Le véritable pouvoir il est dans les mains du grand patronat", lance la candidate de Lutte ouvrière. 
 

21h53
Le 04 avril 2017
Petit tic de langage repéré chez le candidat centriste 
 

21h50
Le 04 avril 2017
Marine Le Pen répond à François Asselineau et sa proposition de Frexit. La candidate du FN veut, elle, profiter de son élection pour entamer de nouvelles négociations pour réorienter l'Union européenne. En cas d'échec des tractations, Marine Le Pen souhaite convoquer un référendum pour la sortie de l'Europe. "C'est le peuple qui décidera", juge la candidate FN. Ce à quoi François Asselineau répond : 
 

 
21h47
Le 04 avril 2017
Sur un plateau marqué par les positions europhobes, François Asselineau prend la parole et se déclare pour une sortie unilatérale de l'Union européenne. "Je suis le seul candidat du Frexit. Soit on continue à enfumer les Français, soit on fait sereinement une sortie de l'Union européenne, comme les britanniques, avec l'article 50."
21h45
Le 04 avril 2017
Jacques Cheminade se tourne lui vers Emmanuel Macron pour lui reprocher de "n'avoir rien fait contre la finance". Le président de Solidarité et Progrès dénonce une Europe de "30 millions de lobbies", et plaide pour une Europe "qui ne soit plus sous diktat des marchés financiers". 
 

21h50
Le 04 avril 2017
François Fillon se montre très virulent envers son concurrent de Debout La République
21h43
Le 04 avril 2017
"Qui peut vous croire ?", apostrophe Nicolas Dupont-Aignan, visant François Fillon. Le député de l'Essonne reproche au candidat de la droite d'être passé en force sur les traités européens. Ce à quoi le candidat LR rétorque que son concurrent n'a jamais été au pouvoir (et qu'il ne sait pas de quoi il parle, en somme).
 

 
21h41
Le 04 avril 2017
Pour François Fillon "on a besoin de l'Europe", face aux pressions des Etats-Unis et de la Chine. Pour autant, le candidat de la droite veut une Europe allégée de certaines contraintes administratives. "Il faut que les pays de la zone Europe se fixe un calendrier d'harmonisation fiscale", poursuit également le candidat de la droite. "Ça ne sera pas simple, il faudra se battre, mais on peut y parvenir", termine François Fillon.
 

21h37
Le 04 avril 2017
"Moi je ne me résout pas à la politique d'austérité de l'Allemagne", explique Benoît Hamon. Mais pour le candidat socialiste, le vent pourrait tourné outre-Rhin, notamment avec la candidature de Martin Schulz du parti social démocrate face à Angela Merkel.
21h34
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB]  Le général est au cœur du débat 
 

 
21h33
Le 04 avril 2017
Comme à son habitude, Marine Le Pen plaide pour le protectionnisme économique. "Les accords de libre échange défendus par François Fillon et Emmanuel Macron (...) vont nous tuer. (...) Ils vont détruire des pans entiers de l'économie." "On ouvre des musées, mais on n'ouvre plus d'usine", punchline la candidate du FN. 
 

21h31
Le 04 avril 2017
Jean Lassalle veut lui investir massivement dans les banlieues, "parce que c'est notre devoir", et dans les campagnes qu'il souhaite ériger en "grande cause nationale".
 

21h30
Le 04 avril 2017
Pour Jean-Luc Mélenchon, "il faut sortir des traités européens". Pour y parvenir, le candidat de la France insoumise met deux plans sont sur la table dans son programme : le premier avec une sortie concertée des traités européens par l’abandon des règles existantes et la négociation d’autres règles, le second avec la sortie unilatérale de la France des traités européens pour proposer d’autres coopérations. "Quand l'Europe fixe un cadre de 48 heures de travail hebdomadaire maximal, Monsieur Fillon peut passer derrière et supprimer la durée légale du travail", tacle le candidat de la France insoulise au passage. 
 

21h28
Le 04 avril 2017
François Fillon est pour le moment le candidat le plus en retrait, comme le remarque notre journaliste Aurélie Herbemont 
 

 
 
21h27
Le 04 avril 2017
Pour la candidate de Lutte ouvrière, l'Europe "n'est pas le problème", mais le grand patronat. "Pendant qu'on parle de ça, le patronat se frotte les mains", lance Nathalie Arthaud. "Il ne faut pas se laisser se monter les uns contre les autres."
21h25
Le 04 avril 2017
"Je suis pour réformer" l'Europe, plaide pour sa part Emmanuel Macron, qui veut une "Europe qui protège les agriculteurs, et qui protège ses frontières".
 

21h25
Le 04 avril 2017
Faut-il interdire les travailleurs détachés, ou seulement les travailleurs détachés illégaux ? "Le problème c'est le travail détaché illégal, c'est quand on contourne la loi", répond Emmanuel Macron, suscitant l'indignation de Jean-Luc Mélenchon et de Benoit Hamon. "Quand j'étais ministre, j'ai fait voter une loi qui permet de contrôler les travailleurs détachés illégaux, avec une carte d'identité", argumente l'ancien ministre de l'Economie. "Ca ne marche pas", rétorque Jean-Luc Mélenchon. "C'est en train de marcher", insiste Emmanuel Macron.
 

21h22
Le 04 avril 2017
Le président de l'UPR, François Asselineau, revient sur sa position souverainiste en énumérant les propositions des autres candidats. Terminant : "IIs ne vous disent pas la vérité. Tous les traités européens nous cadenassent." Dans son programme, François Asselineau souhaite sortir de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan.
 

Europe 1 on Twitter

Twitter“"Les candidats ne vous disent pas la vérité : tous les traités européens nous cadenassent dans une politique économique intolérable"”
21h22
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB] Petit lapsus de la journaliste de CNews 
 

21h18
Le 04 avril 2017
Notre journaliste Margaux Barralon a noté quelques points communs entre deux candidats 
 

21h17
Le 04 avril 2017
"Il faut du patriotisme économique. Il faut que nos entreprises aient un avantage dans la commande publique", explique Marine Le Pen. La candidate du Front national fustige le "dumping social" dans l'Union européenne et s'offre une passe d'arme avec Jean-Luc Mélenchon sur son abstention au Parlement européen sur la directive des travailleurs détachés.
21h15
Le 04 avril 2017
Nathalie Arthaud veut combattre le chômage en empêchant les suppressions d'emplois. "Qu'on commence par interdire les licenciements", lance la candidate de Lutte ouvrière, proche sur ce sujet de Philippe Poutou. "Il y a les moyens de créer des emplois, mais il faut avoir la volonté de le faire, et pas de faire des cadeaux au patronat", considère-t-elle.
21h12
Le 04 avril 2017
Nicolas Dupont-Aignan veut lui "changer les règles du jeu". Le député de l'Essonne charge les autres candidats et offre la première passe d'arme avec Emmanuel Macron, piqué au vif. "Je n'ai pas été ministre des Finances ni Premier ministre", lance l'ancien ministre de l'Economie, face aux accusations de "n'avoir rien fait" pour améliorer l'économie. 
 
Dans son programme, le patron de Debout la France souhaite la relocalisation des emplois et "une baisse d'impôt massive de 60 milliards d'euros".
 
21h10
Le 04 avril 2017
"Tout ce que l'on peut dire ce soir est voué à l'échec", souffle Jean Lassalle, qui préconise de revoir l'ensemble du modèle. "Il y a des gisements d'emplois invisibles dans l'agriculture et les banlieues" juge le député des Pyrénées-Atlantique, qui plaide pour une relance économique forte.
21h11
Le 04 avril 2017
Premier pic direct du candidat socialiste à l’encontre de son rival de droite : 
21h08
Le 04 avril 2017
Benoît Hamon promet de créer un million d'emplois sur son quinquennat avec son projet. Le candidat socialiste tacle d'emblée François Fillon et sa mesure de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires avant de défendre la mesure phare de son programme : le revenu universel. Benoît Hamon veut également que les 70 milliards de commande publique soit réservés aux petites et moyennes entreprises. 
 
Enfin, le candidat socialiste plaide pour une reconnaissance du burn out comme maladie professionnelle.
21h06
Le 04 avril 2017
"Ce sont les entreprises qui créent des emplois", explique Emmanuel Macron, qui mise sur une simplification des normes pour relancer l'activité. "Il faut baisser les charges", explique aussi le candidat d'En Marche! "Il faut investir et formé", termine Emmanuel Macron, notamment sur la formation des chômeurs. 
21h04
Le 04 avril 2017
Philippe Poutou fustige les "actionnaires qui se gavent" et les inégalités sociales. "Il faut reprendre l'argent là où il est", plaide le candidat du NPA qui veut interdire les licenciements. "C'est une question choix politique (...) ce sont des batailles sociales qu'il faut mener", insiste un Philippe Poutou combatif, et conscient qu'il n'a pas beaucoup de temps : le candidat de NPA parle à 100 à l'heure !
 
21h02
Le 04 avril 2017
"Je propose 100 milliards d'euros pour créer 5 millions d'emplois", promet de son côté Jacques Cheminade, qui insiste sur la robotique et les technologies d'avenir pour créer de l'emploi.
21h01
Le 04 avril 2017
Première question du débat posée aux candidats :  l'emploi. Pour Jean-Luc Mélenchon, cela passe par abroger la loi Travail. "Pas question qu'il y ait un code du travail par entreprise", déclare le candidat de la France insoumise. Jean-Luc Mélenchon veut également augmenter le salaire minimum et le retour à la retraite à 60 ans. Retrouvez son programme ici. 
20h58
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] "Moi je suis ouvrier à l’usine Ford", lance Philippe Poutou dans sa présentation. Le candidat du NPA est la seule candidature ouvrière dans cette course à la présidentielle. "Je suis ouvrier à l'usine Ford à Bordeaux, et à part Nathalie Arthaud, je suis le seul à avoir un métier normal. Je crois qu'on peut parler nous au nom de millions de gens."
 
21h14
Le 04 avril 2017
Benoit Hamon se présente comme un homme "honnête, combattant et humain, voilà qui je suis". "Face à la crise morale, la défaillance des élites le peuple français doit s'unir derrière un président honnête pour que vous n'ayez plus jamais honte", enchaîne le candidat socialiste. 
 

Europe 1 on Twitter

Twitter“.@benoithamon souhaite "inscrire le développement économique dans nos territoires" #LeGrandDebat https://t.co/fNmJ8xQfRQ”
21h09
Le 04 avril 2017
Premier pic direct du candidat socialiste à l’encontre de son rival de droite : 
21h00
Le 04 avril 2017
 
[LA PRESENTATION] Jean-Luc Mélenchon l'assure : "Je suis prêts à être président". "J'ai consacré ma vie à une cause. Celle du peuple (...). En me présentant devant vous, je n'ai pas de plan de carrière, mais un combat", assure-t-il, demandant au passage "à la finance de rendre l'argent". "Je n'ai pas de plan de carrière, je sers un combat, je veux mettre fin à la monarchie présidentielle"
20h54
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Inconnu du grand public, François Asselineau démarre sa présentation par son statut de mari et père de deux enfants. Souverainiste, François Asselineau veut "rendre à la France son indépendance" en sortant de l'Union européenne et de l'euro.
 

20h54
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Nathalie Arthaud reste fidèle à sa ligne : la défense des travailleurs. "Je défends le camp des travailleurs, des artisans, des commerçants, étranglés par le grand capital", lance-t-elle. Et d'enchaîner : "Nous sommes indispensables à cette société. J'appelle le monde du travail à affirmer leurs revendications". 
 

20h52
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] C'est une présentation très régalienne de François Fillon. Le candidat de la droite appelle à restaurer l'ordre et la sécurité. "Il faut de la force pour gouverner la France", défend François Fillon. "J'ai cette force", assure le candidat.

20h49
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Jacques Cheminade est un "homme en colère". Le patron du petit parti Solidarité et progrès met l'accent dans sa présentation sur la lutte contre la finance, son cheval de bataille "depuis 40 ans", insiste-t-il.
20h47
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Marine Le Pen prend à son tour la parole, évoquant un "enjeux civilisationnel" dans cette élection présidentielle. Marine Le Pen, qui veut "rendre la parole au peuple", appelle à "voter pour reprendre le pouvoir". "Je suis une Française, je suis une mère de famille et je suis candidate à la présidentielle", s'est également présentée la candidate. 
 
20h47
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB]  Laurence Ferrari a lancé l’introduction d'Emmanuel Macron par un "qui êtes-vous ?" s'amuse Amandine Réaux, journaliste au Lab.
 
20h45
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Le candidat d'En Marche! s'exprime en seconde position. Comme à son habitude, Emmanuel Macron plaide pour le "renouvellement" de la vie politique. "Nous devons retrouver l'optimisme" et "réformer en profondeur le pays", a-t-il insisté.
 
20h44
Le 04 avril 2017
[LA PRESENTATION] Et c'est Nicolas Dupont-Aignan qui ouvre ce débat. Dans sa présentation, le leader de Debout la France a rappelé son engagement pour la France "depuis Philippe Séguin" et appuyé sur sa vision gaulliste de la politique. Il a également expliqué vouloir "reconstruire une France libre, forte, juste, belle."
20h42
Le 04 avril 2017
20h43
Le 04 avril 2017
[PAUSE LAB] Les journalistes de la rédaction du Lab sont dans les starting-blocks ! Pour lire, leurs papiers, c'est ici !
 
20h41
Le 04 avril 2017

Et c'est parti pour (minimum) 3h30 de débat !  

20h36
Le 04 avril 2017
Les candidats viennent d'arriver sur le plateau. Plus que cinq minutes d'attente !
 
 
20h28
Le 04 avril 2017
Apparemment, l'ambiance est plutôt cordiale entre les candidats 
 
 
20h16
Le 04 avril 2017
Parfois qualifiés de "petits candidats" en raison de leur place en queue de peloton dans les sondages, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou François AsselineauJacques CheminadeNicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle ne sont pas vraiment des habitués de ce genre d'exercices. Comment se sont-ils préparés ? La réponse par ici :
 

Débat à onze : une première pour les "petits candidats" à la présidentielle

POLITIQUE - Le débat de mardi soir entre les onze prétendants à la succession de François Hollande s'annonce comme un tour de force. La plupart des "petits" candidats ne se sont jamais prêtés...
 
20h05
Le 04 avril 2017
Pour les organisateurs, pourtant habitués aux débats politiques, cette soirée est un véritable défi. "Ça implique une scénographie différente. On a pris le meilleur compromis, c’est-à-dire un cercle presque complet pour qu’ils se voient et puissent aussi s’adresser aux caméras", explique Jérôme Revon, le réalisateur, au micro d’Europe 1. Pour tout savoir sur les coulisses du débat, c'est par ici : 
 

Présidentielle : dans les coulisses du "grand débat"

POLITIQUE - Europe 1 a pu accéder aux coulisses du "grand débat" de mardi soir, entre tous les candidats à l'élection présidentielle. Une première, et un défi de taille...
 
19h35
Le 04 avril 2017
Le résumé de toute cette organisation est à retrouver dans notre article ici :
 

Présidentielle : le mode d'emploi du débat à onze candidats

POLITIQUE - Les onze candidats s'affrontent mardi dans un dispositif inédit à 19 jours du premier tour de la présidentielle.
 
 
19h34
Le 04 avril 2017
Devant 220 personnes, pour moitié composée de leurs proches, les candidats seront interrogés sur trois thèmes : "comment créer des emplois ?", "comment protéger les Français ?" et "comment mettre en oeuvre votre modèle social ?". Des périmètres assez larges qui devraient leur laisser le soin de dérouler du régalien à l'économique et social.
 
 
19h33
Le 04 avril 2017
Les débatteurs devront faire court pour délivrer leurs messages. Disposés en arc de cercle - de François Fillon à l'extrême gauche à François Asselineau à l'extrême droite - les prétendants à l'Elysée auront 1 minute 30 pour répondre à chaque question et s'interpeller. Chacun disposera aussi d'une minute d'introduction et de conclusion. Les candidats parleront en tout un gros quart d'heure chacun. Avec comme impératif de condenser leur discours pour être percutant.
 
 
19h32
Le 04 avril 2017

Le coup d'envoi de cet exercice inédit est prévu pour 20h40 ! Les onze candidats à la présidentielle débattent mardi soir sur BFMTV et CNews, avec le souci d'éviter "la foire d'empoigne", selon les organisateurs. Animé par les journalistes Ruth Elkrief et Laurence Ferrari, "Le Grand Débat" devrait durer, en théorie, 3 heures 30. La rédaction d'Europe1.fr vous raconte le débat en direct.

23h03
Le 04 avril 2017
Et la deuxième charge ici :
"> 
 
 
 
 
LIVE

L'ensemble des candidats à la présidentielle 2017, dont le premier tour se déroule le 23 avril prochain, ont débattu mardi soir sur BFMTV et CNews, pendant très exactement trois heures et 56 minutes. 

  • La disposition. Les onze candidats étaient disposés en arc de cercle dans l'ordre suivant, défini par tirage au sort avant le débat : François Fillon à l'extrême gauche, puis Jean-Luc Mélenchon, Jean Lassalle, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen, Benoît Hamon, Jacques Cheminade, Philippe Poutou, Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, jusqu'à François Asselineau à l'extrême droite. 

  • Le déroulé. Les prétendants à l'Elysée ont eu d'abord une minute trente pour répondre à chaque question et s'interpeller. Entre leurs minutes d'introduction et de conclusion, ils auront parlé environ 15 minutes chacun.

  • Les thèmes. Devant 220 personnes, pour moitié composée de leurs proches, les candidats ont été interrogés sur trois thèmes : "comment créer des emplois ?", "comment protéger les Français ?" et "comment mettre en oeuvre votre modèle social ?".

Les cinq "grands" candidats Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon s'étaient déjà affrontés lors d'un débat pugnace sur TF1 et LCI le 20 mars, sous l’œil de plus de 10 millions de personnes.