Benoît Hamon

Benoît Hamon

Parti Socialiste

Benoît Hamon était candidat à la présidentielle de 2017, il a obtenu 6.35% des votes, soit 2.253.454 voix, lors du 1er tour (Source Ministère de l'Intérieur, résultats du 24 avril 04h).

 

SA BIO

Sa date et son lieu de naissance. Né le 26 juin 1967 à Saint-Renan, dans le Finistère. Il est âgé de 49 ans.

Ses fonctions actuelles. Il est député des Yvelines depuis septembre 2014 et conseiller régional d’Île-de-France depuis décembre 2015.

Son parti. Il est membre du Parti socialiste.

Son parcours. Membre des jeunes rocardiens, Benoît Hamon débute sa carrière politique en 1991, à 24 ans, comme assistant parlementaire du député PS de Gironde, Pierre Brana. Élu président du Mouvement des jeunes socialistes, il devient en 1995 le conseiller jeunesse de Lionel Jospin avant d’entrer dans l’équipe de Martine Aubry lorsque celle-ci est nommée au ministère de l’Emploi et de la Solidarité.

Très actif au sein du PS, il est le cofondateur du mouvement Nouveau Parti socialiste avec Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, mais prend ses distances avec ses camarades lors de la présidentielles de 2007, ralliant la candidature de Laurent Fabius quand les deux autres se tournent vers Ségolène Royal. Candidat de l’aile gauche au poste de Premier secrétaire lors du Congrès de Reims, il finit en troisième position derrière Martine Aubry et Ségolène Royale. Nommé porte-parole du parti par Martine Aubry, il soutient sa candidature à la primaire de 2011.

Benoît Hamon entre au gouvernement en mai 2012, comme ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire, sous la tutelle de Pierre Moscovici. Dans la foulée, il est élu député de la 11e circonscription des Yvelines mais son portefeuille ministériel l’oblige à laisser son siège à son suppléant. Fin 2013, il fait partie des ministres qui font pression pour obtenir le départ de Jean-Marc Ayrault. La nomination de Manuel Valls à Matignon, en avril 2014, lui permet de récupérer le ministère de l’Education nationale. De plus en plus critique vis-à-vis de la politique de réduction des déficits menée par le gouvernement, Benoît Hamon affiche publiquement sa proximité avec les frondeurs. Il est finalement débarqué avec Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, à quelques jours de la rentrée scolaire 2014.

De retour sur les bancs de l’Assemblée, il marque son opposition au virage social-libéral du quinquennat en rejetant la loi Macron. Le 16 août 2016, Benoît Hamon annonce sa candidature à la primaire de 2017 organisée par le parti socialiste.

Son résultat à l'élection présidentielle de 2012. Il n’était pas candidat.

Sa vie privée. Très discret sur sa famille, Benoît Hamon est pacsé avec Gabrielle Guallar, avec laquelle il a eu deux filles. Côté hobbies, on lui connaît une passion pour le groupe de rap NTM et le rugby, qu’il pratique avec le XV de l’Assemblée.   

C'ÉTAIT SA CANDIDATURE

Comment il s'est déclaré. Benoît Hamon s’est officiellement déclaré candidat le 16 août dernier, au 20 heures de France 2. Critiquant vertement la politique de François Hollande, il s’est positionné immédiatement pour un changement de modèle économique et politique.

Son slogan. “Faire battre le coeur de la France.” Benoît Hamon a expliqué son choix sur RTL : “on pourrait croire qu’il s’est un peu arrêté, le coeur, mais je pense que quand on regarde la France en face sur le terrain, on voit que ce coeur-là, il est bien robuste.”

Son enjeu pour 2017. Avec cette élection, Benoît Hamon pourrait avoir l’occasion de prendre l’avantage sur Arnaud Montebourg, avec lequel il a longtemps incarné l’aile gauche du parti. Il avait d’ailleurs invité l’ex-ministre du Redressement productif à le soutenir, quelques jours seulement avant que celui-ci officialise sa candidature.

Ses signe(s) distinctif(s). Benoît Hamon n’a jamais été candidat à une primaire. Moins populaire que ses principaux rivaux, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, il se place en troisième position dans les enquêtes d’opinion… ce qui n'est pas sans rappeler la situation d’un certain François Fillon pendant la primaire de la droite et du centre.

C'ÉTAIT SON PROGRAMME EN CINQ POINTS

 

  • Une VIe République. Invité de L'Émission politique de France 2, le 8 décembre, le député des Yvelines dénonce “la monarchie républicaine” instaurée selon lui par la constitution de 1958. Il souhaite la mise en place d’une VIe République dont le président serait élu pour un septennat non renouvelable. Il se dit également favorable à une proportionnelle partielle aux législatives et à la possibilité pour les citoyens d’avoir recours au 49.3. Pour ce faire, au moins 1% du corps électoral, soit 450.000 votants, devrait être mobilisé.

  • Revenu universel d’existence. Benoît Hamon est favorable à l’instauration d’un revenu universel, qu’il présente comme une nouvelle forme de protection sociale face à l’instabilité du monde du travail. Le montant de ce revenu “pourrait commencer par être au niveau du RSA socle”, avant d'être augmenté à 750 euros par personne a-t-il indiqué sur France Inter.

  • Accélérer la transition écologique. Le candidat a énuméré 12 propositions pour accélérer la transition écologique, qui comprennent notamment la sortie du diesel, le passage à 50% d’énergies renouvelables d’ici 2025, la rénovation énergétique des logements sociaux, ou encore la mise en place d’une “TVA différenciée” pour les produits les plus respectueux de l’environnement.

  • Réduction du temps de travail. Le député estime que la promotion du temps partiel permettra d’améliorer le bien-être des travailleurs et de faire baisser le chômage face à la robotisation grandissante des postes. Benoît Hamon s’est défendu dans L'Émission politique de vouloir un passage aux 32 heures, comme certains ont pu l'affirmer.

  • Légalisation du cannabis. Benoît Hamon pense que la légalisation du cannabis permettra de “tuer” le trafic et les violences qui y sont associées. Il souhaite que l’argent dégagé soit consacré à la prévention des risques liés à la consommation.

 


Partagez sur :
Les derniers articles

Autour de Benoît Hamon