Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

En marche !

QUALIFIÉ AU SECOND TOUR - Emmanuel Macron est candidat à la présidentielle de 2017, il a obtenu 23.75% des votes, soit 8.433.346 voix, lors du 1er tour (Source Ministère de l'Intérieur, résultats du 24 avril 04h).

SA BIO

Sa date et son lieu de naissance. Né le 21 décembre 1977 à Amiens, il est âgé de 38 ans.

Ses fonctions actuelles. Il est candidat à l'élection présidentielle de 2017.

Son parti. Il fonde le mouvement En marche ! le 6 avril 2016.

Son parcours. Elève brillant – il obtient son Bac S avec mention très bien – il connaît pourtant un premier échec en ratant le concours d'entrée de l'Ecole normale supérieure. Mais il se relève très rapidement pour obtenir un DEA de philosophie puis intégrer Sciences-po et l'ENA. Après trois années passées à l'Inspection générale des finances, il prend le chemin du privé. Banquier d'affaires pour Rothschild & Cie, il gravit les échelons jusqu'à devenir associé de l'établissement bancaire.

Dès 2011, il soutient François Hollande à la primaire de la gauche et sera nommé secrétaire général de la présidence dès 2012. Fidèle du président, il est déçu de ne pas figurer dans le premier gouvernement de Manuel Valls et décide de quitter le cabinet de l'Elysée en juin 2014. Cette parenthèse sera de très courte durée. Il est propulsé ministre de l'Economie après la démission d'Arnaud Montebourg en août de la même année.   

Son résultat à l'élection présidentielle de 2012. Il n'était pas candidat.

Sa vie privée. Emmanuel Macron est marié depuis 2007 à Brigitte Trogneux, de 24 ans son aînée. Il l'a rencontrée alors qu'elle était son professeur de Français au lycée. Par ailleurs, il a suivi pendant 10 ans des études de piano au conservatoire d'Amiens.

SA CANDIDATURE

Comment il s'est déclaré. Après avoir démissionné du gouvernement de Manuel Valls le 30 août 2016, où il occupait le poste de ministre de l'Economie, Emmanuel Macron a attendu plusieurs mois avant de déclarer officiellement sa candidature. C'est finalement le 16 novembre qu'il a officialisé sa candidature. 

Son enjeu pour 2017. Avec près de 100.000 adhérents revendiqués, Emmanuel Macron veut faire le pari du renouveau. Il espère incarner indéniablement une aspiration de nombreux électeurs au renouvellement, à faire de la politique autrement. Nombre de ses adhérents sont d’ailleurs novices en politique et issus de la société civile.

Ses signe(s) distinctif(s). Certes il n'est pas seul – son nombre d'adhérents le prouve – mais ses soutiens politiques ne sont pas légion. Seul Gérard Collomb, le maire de Lyon, bénéficie d’une certaine notoriété. Les parlementaires Pascal Terrasse, Arnaud Leroy, Richard Ferrand ou Alain Tourret sont nettement moins identifiés.

SON PROGRAMME EN CINQ POINTS

 

  • L'adaptation de la durée du travail en fonction de l'âge. Dans un entretien publié dans L'Obs le 9 novembre dernier, il annonce vouloir "s'adapter aux individus". Il est contre une durée hebdomadaire du temps de travail figée. "On peut ainsi imaginer travailler moins à partir de 50 ou 55 ans : 30 heures, 32 heures, pourquoi pas ? En revanche, quand on est jeune, 35 heures, ce n'est pas long".

  • La retraite "à la carte". Là aussi, Emmanuel Macron veut adapter les retraites en fonction des profils. "Il faut pouvoir moduler selon les individus et les situations", explique-t-il à L'Obs. "Si on se contente d'appliquer des critères de pénibilité de manière arbitraire, on ne fera que recréer des régimes spéciaux".

  • Le chômage pour tous. L'ancien ministre de l'Economie veut rendre légal le droit au chômage pour les travailleurs indépendants et les auto entrepreneurs. S'il accède au pouvoir, il entend aussi étendre ce droit pour les salariés qui démissionnent, pour mieux protéger les travailleurs "des aléas de la vie professionnelle".

  • La réforme de la carte scolaire. Pour assurer une véritable mixité sociale, Emmanuel Macron et pour que les enfants des quartiers sensibles puissent étudier dans les centres-villes, Emmanuel Macron veut absolument "faire évoluer" la réforme de la carte scolaire.

  • L'autonomie des établissements dans le primaire. A l'école aussi, Emmanuel Macron souhaite moins de rigidité. Dans les colonnes de L'Obs, il prône "une vraie autonomie pédagogique pour les établissements" (méthodes différentes, plus de profs par classes et des professionnels plus expérimentés et mieux payés dans les écoles des quartiers les moins favorisés).

 

Partagez sur :
Les derniers articles