Sous pression, YouTube interdit les "tutoriels" pour fabriquer des armes à feu

, modifié à
  • A
  • A
YouTube héberge de nombreuses vidéos sur les armes à feu. © Capture d'écran
Partagez sur :

La plateforme de vidéo a commencé à avertir ses créateurs de l'interdiction des vidéos expliquant comment fabriquer une arme. Les vidéos faisant leur promotion seront également proscrites.

Un changement loin d'être anodin. Depuis lundi, YouTube prévient ses créateurs de contenus d'une modification de sa politique pour les vidéos mettant en scène des armes à feu. Dans un message publié sur son site, la plateforme annonce qu'elle sera plus vigilante et interdit désormais les vidéos expliquant comment fabriquer une arme chez soi. Un changement radical pour YouTube qui a toujours toléré ces contenus. Aux Etats-Unis, les récentes manifestations contre les armes ont accru la pression sur les sites Internet, appelés à limiter la visibilité des armes à feu.

Des chaînes dédiées aux armes à feu

Dans son mémo, YouTube décrit précisément les contenus qui seront "proscrits". La plateforme de vidéos de Google évoque notamment "les contenus qui cherchent à vendre des armes à feu ou certains accessoires pour armes à feu en vente directe (c'est-à-dire entre particuliers) ou qui redirigent vers des sites qui vendent ces articles", ainsi que "les contenus qui expliquent comment fabriquer une arme à feu, des munitions, des magasins à grande capacité, des silencieux ou modérateurs de son faits maison, ou encore certains accessoires pour armes à feu".

A l'heure actuelle, une simple recherche (en anglais) permet en effet de trouver différents tutoriels présentant comment fabriquer une arme à feu facilement chez soi. Certaines chaînes s’étaient même fait une spécialité de ce type de contenus, dont certains dépassent largement le million de vues. D'autres profitaient également de la visibilité de leurs contenus sur la plateforme pour inciter les internautes à se rendre sur leur site internet et acheter des accessoires ou des armes. Les nouveaux contenus de ces chaînes seront désormais systématiquement refusés par YouTube. Les contenus encore en ligne devraient, eux, être supprimés.

Les chaînes s'organisent

Face à ces changements, les chaînes spécialisées dans les vidéos sur les armes à feu ont commencé à s'organiser. InRangeTV qui se définit comme "le meilleur nouveau programme sur les armes sur Internet" - "oui, sur tout Internet", croit utile de préciser la chaîne sur son compte Twitter - va migrer ses contenus. Dans un tweet daté du 21 mars, elle annonce son intention de se développer sur le site de vidéos pornographiques PornHub. "InRangeTV est content de rejoindre un groupe de créateurs de contenus qui est vraiment ouvert et ne juge pas quand il s'agit de contenu potentiellement controversé", indique la chaîne. Comme souvent sur Internet ou sur les réseaux sociaux, l'efficacité des mesures d'interdiction reste donc limitée et conduit à un déplacement des contenus bannis par les différentes plateformes.

pornhub-1280

Pour autant, PornHub ne sera pas obligatoirement le nouvel eldorado des vidéastes passionnés par les armes à feu. Comme le note le site américain Mashable, le site n'autorise pas la diffusion de vidéos promotionnelles. Une bonne partie des contenus sur les armes publiés pourraient donc être rapidement retirés. D'autant que le site, dont les règles sont axées sur la protection des mineurs et la violence, pourrait aussi mettre à jour ses conditions face à l'afflux de nouveaux créateurs.

Une pression grandissante

Depuis la fusillade dans un lycée de Parkland, en Floride, en février, la pression en faveur d'une plus grande régulation des armes à feu s'est accrue aux Etats-Unis. Les mots d'Emma Gonzalez, rescapée de cette fusillade qui a fait 17 morts, ont eu un effet retentissant dans le pays. "Si le président veut venir me voir, et venir me dire en face que c’était une terrible tragédie, je lui demanderai avec plaisir combien il reçoit de la NRA (lobby des armes américain)", avait déclaré la lycéenne. Sur les réseaux sociaux, le rôle des tutoriels accessibles gratuitement en ligne avait notamment été pointé du doigt. YouTube avait alors annoncé qu'il durcirait ses règles de modération, mais sans donner plus de détails.

Les sites de vidéos en ligne ne sont par ailleurs pas les seuls à avoir pris des mesures après la tuerie de Parkland. La mobilisation des utilisateurs des réseaux sociaux avaient poussé certaines compagnies aériennes, dont United Airlines et Delta, à supprimer les réductions qu'elles accordaient aux membres de la NRA pour se rendre à leur congrès annuel, comme elles le font avec toutes les grandes associations.