Santé connectée : un électrocardiogramme dans sa montre, quel intérêt ?

, modifié à
  • A
  • A
Apple Watch ECG 2:08
L'électrocardiogramme de l'Apple Watch mesure uniquement la fréquence cardiaque pour repérer une forme courante d'arythmie. © Apple
Partagez sur :
Grâce à une mise à jour, les possesseurs d'une Apple Watch Series 4 peuvent désormais mesurer leur rythme cardiaque très facilement sur leur poignet. Un premiers pas vers une surveillance accrue de notre cœur.

Surveiller son cœur avec sa montre, ce n’est plus de la science-fiction ! Les montres connectées comptent déjà nos pas et peuvent prendre notre pouls mais la prochaine étape, en termes de surveillance de notre santé, est arrivée : on peut désormais avoir un électrocardiogramme (ECG) à notre poignet. C’est le cas pour ceux qui ont une Apple Watch dernière génération puisque Apple a mis à jour le logiciel interne de sa montre connectée pour rendre disponible cette fonctionnalité jusqu’ici réservée aux États-Unis.

Détecter une arythmie en 30 secondes

Il ne s'agit pas d'une surveillance en continu mais on peut mesurer son rythme cardiaque quand on le souhaite grâce à deux électrodes : une sous la montre, au contact du poignet, l’autre dans le bouton sur le côté, sur lequel il faut appuyer pendant 30 secondes. Le résultat est analysé par un algorithme qui détermine si les battements de votre cœur sont réguliers ou non.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Concrètement, l’Apple Watch mesure la variation du rythme cardiaque, ce qui lui permet de repérer une éventuelle fibrillation atriale. Cette forme d'arythmie consiste en une contraction rapide et irrégulière des cavités supérieures du cœur, celles qui réceptionnent le sang. C’est le trouble cardiaque le plus fréquent : 1% des moins de 60 ans est touché et 10% des plus de 80 ans. Le problème de la fibrillation atriale c’est que les symptômes sont assez anodins : fatigue, essoufflement, palpitations, sentiment d’angoisse… C’est très large et donc difficile à diagnostiquer. Pourtant ce trouble cardiaque peut avoir des conséquences graves, notamment un risque augmenté de faire un AVC.

On voit donc bien l'intérêt médical d'un ECG rivé en permanence à notre poignet. Pour les patients atteints de fibrillation atriale, la montre peut leur fournir des données sur la récurrence du trouble, le contexte dans lequel il survient, son ampleur, etc. Des données fiables, validées par des études scientifiques aux États-Unis, qui peuvent ensuite être transmises à son médecin. Que ce soit clair, cette montre ne remplacera jamais une consultation médicale ou un ECG à l’hôpital qui mesure de 12 à 18 données du cœur, contre une seule pour l'Apple Watch (la fréquence cardiaque).

Des montres qui sauvent des vies ?

Reste qu'à terme, l'intégration d'un électrocardiogramme dans les montres connectées pourrait sauver des vies, des millions même à en croire Bill Gates. En effet, nous n'en sommes qu'aux prémices de la santé connectée. En plus d’Apple, le chinois Xiaomi et le Français Withings ont également sorti il y a peu des montres ou des bracelets capables de mesurer le rythme cardiaque, qui plus est à des prix plus accessibles que l'Apple Watch (une centaine d'euros contre 430 euros pour la montre à la pomme).

Aujourd'hui, ces premiers ECG intégrés aux montres connectées s'assimile à un élément de surveillance de sa santé parmi d’autres, tout comme on peut surveiller sa tension à domicile avec un tensiomètre. Mais le développement continu de la santé connectée laisse penser qu'à terme, on aura des montres capables d’analyser précisément les battements du cœur et d’alerter les secours automatiquement en cas d’attaque cardiaque.