Cette enzyme "friande" de plastique pourrait permettre de le recycler à l'infini

  • A
  • A
2:21
© AFP PHOTO / UNIVERSITY OF TASMANIA/ JENNIFER LAVERS
Partagez sur :
Alors que le recyclage des déchets plastique est encore très insuffisant, une start-up française, Carbios, entend utiliser une enzyme capable de le déconstruire, pour mieux le réutiliser ensuite. Explications de notre chroniqueur, Jean-Pierre Montanay

C’est un fléau pour la planète, mais un produit utilisé un peu partout. Dans le monde entier, les objets plastiques sont légion, et l’arrêt de la production n’est sans doute pas pour tout de suite. Quant au recyclage, il est loin d’être suffisamment performant. Mais l’innovation d’une start-up française, Carbios, pourrait bien changer la donne pour le monde de demain, explique notre chroniqueur, Jean-Pierre Montanay.

"Le procédé 'miracle' repose sur des enzymes. Ce sont des protéines capables d’accélérer des millions de fois des réactions chimiques. En l’occurrence, l’enzyme déconstruit les matériaux qui composent le polyéthylène téréphtalate, ce fameux plastique appelé PET. Une fois décomposé, ces matériaux, séparés, éparpillés façon puzzle peuvent être purifiés et à nouveau permettre de fabriquer du PET. C’est une révolution : il est dès lors possible de recycler à l’infini des déchets plastiques sans tri au préalable. Cela signifie que l’on n’utilise plus de pétrole pour produire du plastique mais bien des déchets... plastique. A partir d’une bouteille recyclée, on produit une nouvelle bouteille quasiment sans déperdition de matière première.

Première bouteille en plastique recyclé

Et c’est un Français à qui on doit cette incroyable innovation, Claude Lumaret. En 2011, se produit le déclic qui va déclencher cette aventure : un bout de plastique flotte à la surface de la Méditerranée. Sur son bateau, ce chef d’entreprise de 51 ans fulmine. Il ne supporte plus tous ces déchets qui souillent la grande bleue... Depuis ce jour-là, il cherche la solution, le produit miracle pour recycler le plastique. Il fonde alors Carbios, une start-up basée dans le Puy-de-Dôme avec une seule idée en tête : identifier l’enzyme 'gloutonne' susceptible de digérer le plastique. Ce patron qui a bourlingué dans le monde de l’innovation séduit rapidement des investisseurs, s’associe au monde de la recherche et entre en bourse. En huit ans, Carbios décroche la lune en sortant sa première bouteille recyclée.

Les industriels que les 350 millions de tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde font cauchemarder se sont ruées sur Carbios : l’Oréal, Michelin, Nestlé… Prochaine étape : la construction en 2021 d’un démonstrateur industriel dans le couloir de la chimie près de Lyon. Après quoi les premières licences industrielles de cette technologie pourraient être vendues. En 2025, la première bouteille plastique 100 % recyclé devrait trôner dans les supermarchés.

Europe 1
Par Jean-Pierre Montanay