On a essayé le Samsung Galaxy Fold : à quoi va servir le tout premier smartphone pliable ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le 3 mai sortira en France le Samsung Galaxy Fold, premier smartphone pliable. S'il s'agit plus d'un prototype que d'un téléphone grand public, sa prise en main donne une idée de l'intérêt de cette technologie.

Le smartphone pliable est-il l'avenir du téléphone ? La question est sur toutes les lèvres dans le monde de la téléphonie, à l'aube d'une possible nouvelle ère technologique. Lors du Congrès mondial de la téléphonie mobile, qui s'est tenu à Barcelone fin février, plusieurs fabricants ont dévoilé leur modèle de téléphone pliable. Le Samsung Galaxy Fold sera le premier de cordée puisqu’il sortira chez nous le 3 mai. Europe 1 a pu l'essayer pendant une heure. Voici nos premières impressions.

Un téléphone fonctionnel à défaut d'être gracieux

Premier constat : le Galaxy Fold est un drôle d’objet, mélange entre un téléphone et une tablette, avec la forme d’un livre de poche. Plié, il ressemble à un smartphone classique avec un écran à l’avant (4,6 pouces, c'est très étroit et ça permet de le faire tenir dans sa poche) et une coque avec un appareil photo à l’arrière. Sauf qu’entre les deux, il y a un écran, pliable donc, alliage de verre et de plastique souple, de 7,3 pouces (un peu moins que les 7,9 d'un iPad Mini). On peut donc ouvrir le téléphone en deux, comme un livre, grâce à des aimants. Au début, l'ouverture est un peu dure et on a peur de forcer. Au bout d'une heure, nous avions pris le coup de main en glissant notre ongle dans la fente.

Untitled design

Le Galaxy Fold surprend également par sa prise en main, beaucoup plus aisée qu'attendu. Avec ses 264 grammes, le smartphone pliable de Samsung est lourd pour un téléphone (les modèles actuels oscillent entre 180 et 220 grammes). Replié, il fait même assez massif, sentiment renforcé par l'impression de voir deux téléphones empilés l'un sur l'autre. Mais une fois déplié, le Galaxy Fold paraît au contraire léger. Logique puisque notre cerveau compare automatiquement avec une tablette. Malgré sa grande taille, il tient finalement assez bien dans une main.

La pliure demande une utilisation plus longue pour être jugée. Peu visible à l’œil nu, elle se sent tout de même bien au toucher. Rien de vraiment dérangeant à première vue mais il faudra voir à l'usage. Côté solidité, Samsung assure qu'elle a été testée pour résister au temps, à raison de 150 ouvertures/fermetures par jour pendant cinq ans.

Vers un usage différencié des applications

L'intérêt du Galaxy Fold ne réside pas dans ses caractéristiques techniques, sensiblement identiques à celles du S10/S10+, le dernier modèle haut de gamme de Samsung. On retrouve ainsi le triple capteur photo à l'arrière : le capteur classique de 12 mégapixels, un zoom optique x2 et un "ultra grand angle" de 123 degrés. L'écran avant dispose, lui, d'un capteur unique, tandis que l'écran intérieur en intègre deux pour des selfies plus poussés. La batterie est un peu plus puissante que celle du S10, de même que la mémoire vive (12Go contre 8Go). Le Galaxy Fold est aussi équipé de la charge rapide, de la charge sans fil et de la charge inversée.

En réalité, l'intérêt du Galaxy Fold par rapport à un smartphone traditionnel tient à l'usage du double écran. Avec l'"App Continuity", l'idée est de pouvoir commencer des tâches sur l’écran avant, puis de basculer si besoin sur l’écran intérieur, pour avoir accès à plus de détails ou plus de fonctionnalités. Un exemple parmi d'autres : Google Maps. On peut chercher son itinéraire avec le téléphone replié puis passer sur grand écran pour mieux voir le plan. En ouvrant le Galaxy Fold, l'application reste ouverte et change d'interface automatiquement. À notre que l'"App Continuity" n'est valable que dans le sens de l'ouverture du téléphone.

Untitled design (3)

À terme, cette possibilité de choisir son écran va entraîner un usage différencié des applications et des fonctionnalités du téléphone. L'écran avant servira d'écran d'accueil amélioré, réservé aux tâches les plus basiques : passer un appel, consulter ses messages et ses notifications, prendre une photo rapidement, consulter les résultats sportifs ou la météo, etc.

L'écran intérieur, lui, permettra de mieux exploiter les qualités graphiques offertes par les smartphones modernes. Il semble ainsi idéal pour jouer à des jeux vidéo, prendre des photos plus "pro" (il est possible de changer la taille de la photo : 4:3, 16:9, 1:1), dessiner ou encore passer des appels vidéo. D'autant plus que sur le grand écran, on peut ouvrir trois applications en même temps.

Un prix prohibitif… pour l'instant

Après une heure de prise en main, voilà donc ce que semble offrir le Galaxy Fold. Intéressant mais un peu léger, surtout que l’on parle quand même d’un téléphone vendu… 2.020 euros. Chez Samsung, on le reconnaît : c'est plus un prototype qu'un smartphone grand public, un objet de luxe destiné d'abord aux gens qui peuvent vraiment se le payer. À notre qu'à ce prix-là, le Galaxy Fold (disponible uniquement avec 512Go de mémoire) est fourni avec les Galaxy Earbuds, les écouteurs sans fil de Samsung (vendus 150 euros séparément), une coque en kevlar et un an d'assurance. 

Le Galaxy Fold étant le tout premier smartphone pliable, il n'est pas illogique qu'il coûte aussi cher. Le tout premier iPhone était également beaucoup plus coûteux que les téléphones de l'époque à sa sortie mais désormais, c'est un objet du quotidien. Avec la concurrence et la démocratisation des technologies, le prix des smartphones pliables devrait donc baisser progressivement. Huawei, qui doit lancer son propre modèle, le Mate X, avant l'été, estime d'ailleurs que dans deux ans, les téléphones pliables seront devenus la nouvelle norme. Une prophétie qui ne se réalisera que si les prix baissent drastiquement.

Untitled design (2)

Dans l'immédiat, le Galaxy Fold ne devrait donc pas se retrouver dans la poche de tout le monde. À cause de son prix prohibitif bien sûr, mais aussi parce qu'outre l'aspect "curiosité technologique", il ne présente pas suffisamment de fonctionnalités révolutionnaires. C'est normal, il faut laisser le temps aux développeurs d’applis d’imaginer des usages dédiés à ces téléphones pliables.

Reste qu'il y a de quoi être excité. Cela fait quelques années que le marché du smartphone ronronne, qu'il n’y a plus vraiment d’innovations bouleversantes. On rajoute un capteur photo par-ci, on incurve un écran par-là… C’est très bien mais, au fond, c’est du détail. Aujourd’hui, les téléphones haut de gamme sont tous d'excellente facture mais ils se heurtent à un plafond de verre. Le smartphone pliable peut être la nouveauté qui va redonner de l'allant aux téléphones.

Des problèmes d'écran signalés

Samsung a annoncé jeudi qu'il allait inspecter quelques-uns de ses Galaxy Fold, certains journalistes chargés de le tester ayant fait état de graves problèmes d'écrans brisés.  "Après seulement deux jours, l'écran du Galaxy Fold que j'ai reçu pour l'évaluer est totalement cassé et inutilisable", a twitté Mark Gurman, de Bloomberg. Dieter Bohn, de The Verge, a écrit de son côté : "Quelque chose s'est passé sur l'écran de mon Galaxy Fold et a entraîné un gonflement... Il est cassé." Samsung Electronics a passé près de huit ans à développer le Galaxy Fold, qui s'inscrit dans la stratégie du mastodonte sud-coréen pour relancer sa croissance au moyen de gadgets inédits.

"Nous inspecterons attentivement ces unités pour déterminer la cause du problème", a réagi Samsung dans un communiqué. Certains journalistes auraient notamment retirer le film plastique qui recouvre l'écran intérieur, l'associant à une protection d'écran. Or, Samsung précise que ce n'est pas le cas, le film plastique étant un élément à part entière du téléphone. Une mention d'alerte devrait figurer sur les boîtes des téléphones vendus au grand public.