Électrocution, départ de feu : l'UFC-Que Choisir alerte sur les chargeurs de téléphone défectueux

  • A
  • A
Chargeur téléphone 1:17
Un chargeur sur deux serait potentiellement dangereux à cause de défauts de fabrication. © DR
Partagez sur :
D'après une étude de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, un chargeur de téléphone sur deux vendu dans le commerce serait défectueux. Avec à la clé des risques d'électrocution ou de brûlure. On vous explique comment repérer les chargeurs les moins fiables.
ANALYSE

C'est un objet auquel on prête peu d'attention, peut-être à tort : nos chargeurs de téléphone sont-ils fiables ? Pas vraiment, répond jeudi l'UFC-Que Choisir. L'association de consommateurs vient de dévoiler une étude assez alarmante à ce sujet. Sur 20 chargeurs testés, seuls quatre sont en conformité avec la réglementation européenne en matière de sécurité. "Si on élargit les résultats de notre enquête, dans un cas sur deux, on tombe sur un chargeur mal conçu. C'est inquiétant", souligne Camille Gruhier, journaliste de l'UFC-Que Choisir.

Des risques bien réels

Tous les chargeurs ne sont évidemment pas dangereux. "Les marques des fabricants de téléphone restent les plus sûres, notamment Samsung. Apple aussi mais il y a un défaut dans les obligations de marquage sur le chargeur. Rien de grave, mais c'est une information manquante", précise Camille Gruhier. Le chargeur Samsung se retrouve donc en catégorie 1 du test de l'UFC, avec des marques spécialisées comme Tekmee et Homeday. En revanche, Apple n'est qu'en catégorie 2, où sont regroupés les chargeurs qui n'indiquent pas clairement les conditions de fabrication et d'utilisation (avec Maxxter, Goobay ou Selecline).

 

Viennent ensuite les chargeurs défectueux, ceux qui présentent des défauts de fabrication (catégorie 3). Conçus à la va-vite, ils présentent des soudures incorrectes, une isolation de piètre qualité, des composants mal fixés. Enfin, dans la dernière catégorie, on retrouve des chargeurs "carrément dangereux", avec câbles qui se dénudent, une résistance au choc quasi-nulle, des composants provoquant des courts-circuits, aucun dispositif de prévention de la surcharge électrique… On parle là de marque telles que Hoé, Temium, Comomingo… Des marques peu connues mais commercialisées chez Leclerc, Darty, Amazon, Fnac ou encore Rakuten.

"Le premier risque, c'est de prendre un choc électrique quand on touche ces chargeurs. Mais surtout, ils peuvent provoquer des départs d'incendie car ils ne sont pas suffisamment isolés pour résister à une surcharge électrique. Résultat, avec la surtension, ils chauffent et ils peuvent s'enflammer s'ils traînent sur la moquette ou un vêtement. Et comme on charge souvent son téléphone la nuit, le risque est dramatique", explique Camille Gruhier, qui a effectué les test pour l'UFC-Que Choisir. Aucune statistique n'existe en France sur de tels accidents mais aux Pays-Bas, en 2016, 75.000 cas de brûlures par chargeur de téléphone ont été recensées, dont 47 décès.

Comment distinguer les bons des mauvais chargeurs ?

Mais le plus inquiétant est qu'il n'y a pas de critère unique permettant de savoir si un chargeur est robuste avant d'acheter. "On a trouvé de très bons chargeurs à moins de cinq euros et des chargeurs très dangereux à quinze euros. Il y a de quoi embrouiller le consommateur", alerte Camille Gruhier. La spécialiste recommande donc de privilégier les achats chez des vendeurs certifiés. "Le plus sûr, ça reste de racheter le chargeur de la marque de son téléphone. Sinon, optez pour un magasin avec pignon sur rue, type boutique d'opérateur télécom."

Pour autant, il y a quand même des indices à l'achat. "Le prix reste malgré tout un critère. Plus c'est bas, plus il y a de chances que le chargeur présente des défauts. Ensuite, s'il y a une boîte, c'est bon signe. Fuyez les chargeurs emballés dans de simples plastiques ! Enfin, regardez les symboles de sécurité. S'il n'y en a pas, ou qu'ils ne sont pas clairs, c'est qu'il y a un risque potentiel de non-conformité", prévient Camille Gruhier. Dans le doute, pour ce genre de produit, évitez les "marketplace", ces sections de sites de e-commerce qui vendent directement de consommateur à consommateur, sans contrôle du site en question.