Wimbledon : Cori Gauff, 15 ans, élimine la quintuple lauréate Venus Williams

  • A
  • A
La jeune Cori Gauff n'en croyait pas ses yeux après sa victoire sur l'aînée des sœurs Williams.
La jeune Cori Gauff n'en croyait pas ses yeux après sa victoire sur l'aînée des sœurs Williams. © Ben STANSALL / AFP
Partagez sur :
À seulement 15 ans, la jeune Américaine Cori Gauff a créé la sensation, lundi à Wimbledon, en battant sa compatriote Venus Williams, de 24 ans son aînée.

La toute jeune sensation américaine, Cori Gauff, 15 ans et plus jeune joueuse à intégrer le tableau principal à Wimbledon, s'est qualifiée pour le deuxième tour en battant, lundi, la vétéran Venus Williams (44ème mondiale), 39 ans, 6-4, 6-4.

Un match, deux générations

"C'est peut-être la première fois que je pleure après avoir gagné un match. Je ne pensais pas que ça arriverait", a déclaré la jeune joueuse, 301ème mondiale. Venus Williams avait déjà remporté deux de ses cinq trophées à Wimbledon lorsque Cori Gauff est née, en mars 2004.

La jeune joueuse, qui fait partie de la galaxie de l'académie Mouratoglou, a crânement joué sa chance face à son aînée. Solide du fond du court, elle s'est montrée plus régulière et surtout imperméable à la pression. Après avoir perdu à 4-4 son break d'avance au deuxième set, elle a réussi à résister au retour de la quintuple lauréate du All England Club. Il lui a fallu quatre balles de match pour empocher le plus grand résultat de sa jeune carrière. "J'ai dû me dire de rester calme car je n'avais jamais joué sur un court aussi grand. Mais je me suis rappelé que si tout était plus grand, les lignes restaient les mêmes", a-t-elle expliqué.

Elle a également rendu hommage à Venus Williams, une joueuse sans qui elle "ne (serait) pas là". "Je l'avais déjà vu avant mais, cette fois, j'ai eu le cran de lui dire. Je vis mon rêve maintenant, je suis ravie que Wimbledon m'ait donné l'opportunité de jouer", a-t-elle ajouté. Elle affrontera au prochain tour la Slovaque Magdalena Rybarikova, 139ème mondiale, demi-finaliste à Londres en 2017.