Raymond Domenech : "Kurzawa n’est pas que victime, il est aussi un peu coupable"

, modifié à
  • A
  • A
Layvin Kurzawa est dans la tourmente. 1:37
Layvin Kurzawa est dans la tourmente. © AFP
Partagez sur :
L’ancien sélectionneur des Bleus estime que le joueur du PSG n’aurait jamais dû tenir des propos déplacés contre Didier Deschamps, même en privé. 

L’affaire du chantage à la vidéo compromettante dont a été victime Layvin Kurzawa sème quelque peu le trouble autour de l’équipe de France. Dans cette séquence, récupérée par des malfaiteurs, le défenseur du PSG tiendrait des propos déplacés à l’encontre de Didier Deschamps, selon les informations d’Europe 1. Pour notre consultant Raymond Domenech, Kurzawa "n’est pas que victime, il est aussi un peu coupable".

"C’est de l’inconscience de la part des joueurs de dire quelque chose sur un sélectionneur ou un entraîneur. Ils n’ont pas compris les règles de communication actuelle", a estimé l’ancien sélectionneur des Bleus, lundi soir, sur Europe 1.

"Didier Deschamps est coincé." "Le sélectionneur est coincé. Il ne sait pas la teneur exacte des propos, mais ça va porter préjudice à sa relation avec le joueur et avec les autres joueurs", ajoute Raymond Domenech. "Laurent Blanc en a déjà été victime avec Serge Aurier, peut-être d’ailleurs que c’était devant une chicha", ironise l’ancien sélectionneur, une allusion à l’affaire "Serge Aurier", lors de laquelle l’Ivoirien avait copieusement insulté son coach d’alors, Laurent Blanc, sur Periscope, entre deux bouffées. Entre les latéraux du PSG et leurs entraîneurs, c’est donc une histoire d’amour qui dure… 

Europe 1
Par Cyrille de la Morinerie avec J.R.