Eyraud répond à Boudjellal : "L'Olympique de Marseille n'est pas à vendre"

, modifié à
  • A
  • A
Eyraud Marseille OM Ligue 1 Football
"Nous ne sommes pas intéressés par la session", a affirmé samedi Jacques-Henri Eyraud. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :
Vendredi, l'annonce d'une offre de rachat de l'Olympique de Marseille portée par l'ancien président du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal, a eu l'effet d'une petite bombe dans le monde du football français. Le président de l'Olympique de Marseille, Jacques-Henri Eyraud, a tenu une conférence de presse, samedi après-midi, pour répondre à cette offre.

"L'Olympique de Marseille n'est pas à vendre", a assuré le président du club, Jacques-Henri Eyraud samedi, au lendemain de la révélation d'une offre de rachat portée par l'ex-dirigeant du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal. "Je remercie les gens qui portent un intérêt financier pour l'OM, mais nous ne sommes pas intéressés par la session", a ajouté "JHE".

Vendredi, l'offre de 700 millions d'euros, avec des fonds saoudiens, conduite par Mourad Boudjellal, avait agité le football français. Cette offre s'articulerait en 300 millions d'euros pour le rachat du club, 200 millions d'euros pour combler des dettes et encore 200 millions d'euros pour le mercato.

Bon prix ou offre déposée trop tôt ?

Frank McCourt, le propriétaire américain de l'OM, a déjà investi plus de 300 millions d'euros dans le club : 50 millions d'euros à l'achat, 78 millions d'euros de reprise de dettes et environ 220 millions d'euros dans les transferts. Certaines sources proches du dossier estiment que 300 millions d'euros est un bon prix pour Frank McCourt, qui ne perdrait pas trop dans l'affaire.

D'autres au contraire rappellent que l'homme d'affaires américain, s'il doit revendre, le fera bien plus tard et avec bénéfices. Il avait ainsi fait une très belle opération financière en revendant son équipe de baseball des Los Angeles Dodgers plus de 2 milliards de dollars alors qu'il les avaient racheté 430 millions de dollars. En interne, on insiste sur le fait que le projet de McCourt est "à long terme".