L'OM en finale de la Ligue Europa : "normalement, on ne peut pas battre l'Atletico"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Président de l'OM entre 1986 et 1994, Bernard Tapie a reconnu sur Europe 1 que la finale de la Ligue Europa contre l'Atlético de Madrid ne sera pas facile, mais "tout peut arriver sur un match"...
INTERVIEW

Le 16 mai prochain, les joueurs de l'Olympique de Marseille fouleront la pelouse du stade lyonnais pour la finale de la Ligue Europa où ils seront opposés à l'Atlético de Madrid. Un ticket remporté après la victoire arrachée jeudi soir face à Salzbourg, en prolongation (2-1). Il y a 25 ans, les Phocéens avaient ramené la coupe d'Europe à Marseille. C'était en 1993, lorsque Bernard Tapie était président de l'OM. 

Marseille, "c'est le cœur". Que Marseille soit qualifiée pour la finale de la Ligue Europa, "ça fait du bien", admet Bernard Tapie. "Quelque part on a quand même laissé une trace de l'époque où il y avait une communion formidable avec les gens", se souvient l'ancien président de l'Olympique de Marseille. Celui qui avoue pouvoir prendre du recul lorsqu'il regarde un match lambda, raconte que lorsque Marseille joue, tout est différent : "Dès que c'est le cœur, c'est le plaisir d'être vainqueur par personne interposée". 

"Tout peut arriver sur un match". Au niveau sportif, Bernard Tapie reconnaît qu'une victoire face à l'Atlético de Madrid sera "difficile". "Il y a un club qui figure dans les 15 ou 16 meilleurs du monde et puis il y a Marseille, qui n'y figure pas encore", explique-t-il. "Sur le papier, c'est non" pour une victoire des Phocéens, poursuit Bernard Tapie. "Mais dieu merci, tout peut arriver sur un match, on l'a vu hier", ajoute-t-il, faisant référence au match à rebondissement où l'OM a arraché sa qualification sur la pelouse du Red Bull Salzbourg en prolongation (2-1).

Les Marseillais "ont juste à écrire leur nom" lors de la prochaine finale. S'il ne sait pas encore s'il pourra se rendre au stade lyonnais le 16 mai prochain en raison de son traitement contre le cancer de l'estomac, l'ancien président de l'OM recommande aux joueurs de garder les qualités de "sérénité", de "tranquillité", et de "motivation". "Ils n'ont rien à gagner, rien à perdre, juste à écrire leur nom".