Ligue des nations : les cinq choses à retenir de la victoire des Bleus face aux Pays-Bas

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Giroud s'est mué en sauveur face aux Pays-Bas, dimanche soir.
Olivier Giroud s'est mué en sauveur face aux Pays-Bas, dimanche soir. © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
Pour leur retour au bercail, dimanche soir au stade de France, les champions du monde ont disposé des Pays-Bas, grâce à un but salvateur d'Olivier Giroud (2-1). Un succès qui leur permet de prendre la tête de leur groupe de Ligue des nations.
LE RÉSUMÉ DU MATCH

La défaite aurait gâché la fête, le nul l'aurait rendue un peu amère. De retour dans leur jardin du Stade de France après un été conclu en apothéose, les champions du monde ont évité tout écueil en dominant les Pays-Bas (2-1), lors de leur deuxième match de Ligue des nations, dimanche soir. Si les 23 héros de Moscou étaient présents à Saint-Denis, Kylian Mbappé, mais surtout Olivier Giroud, ont été ceux du soir.

Mbappé, son étoile brille encore. Dès la première minute, il a donné le tempo, en mystifiant une défense néerlandaise hagarde face à ses dribbles chaloupés. Dernier buteur français du Mondial, Kylian Mbappé a aussi marqué le premier but de l'après-Mondial pour les Bleus.

Un quart d'heure lui a suffi pour cela. Idéalement servi au second poteau par un Blaise Matuidi profitant d'une mauvaise tête de Quincy Promes en retrait, il a poussé le ballon dans le but vide, avant de savourer l'ovation du Stade de France, les bras au ciel (14e). C'est d'ailleurs face à ces mêmes Oranje que "Kyky" avait inscrit son premier but en sélection, il y a un an, déjà au Stade de France (4-0). Huit ont suivi depuis.

Feintes de corps, roulettes, accélérations foudroyantes… match après match, Mbappé continue d'impressionner le public, qui ne s'y est pas trompé en l'ovationnant à chacune de ses touches de balles. Oui, c'est lui le chouchou, mais comment ne pas l'être avec ce talent ?

Giroud, la délivrance. Lui a souvent été moqué, parfois conspué même. Mais Olivier Giroud a un mental d'acier. Alors que la France venait d'être rejointe au score (1-1, 67e), le numéro 9 tricolore, muet depuis dix matches, a remis les points sur les i au meilleur moment pour les Bleus. Alors que le panneau annonçant son remplacement par Ousmane Dembélé avait déjà été allumé, "Olive" a en effet devancé le capitaine batave Virgil Van Dijk en reprenant d'une belle volée du gauche un centre de Benjamin Mendy (2-1, 75e). Un 32ème but en Bleu qui lui permet même de dépasser Zinédine Zidane au classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la sélection.

Et Olivier Giroud de recevoir, lui aussi, l'ovation du stade et celle de ses partenaires, tous sortis du banc pour l'applaudir.

"Je suis très content pour Olivier. Ça arrive à des attaquants d'avoir des périodes où ils sont moins efficaces. Il est utile dans notre jeu, il met un beau but et en plus, il nous donne la victoire ce soir", ne s'y est pas trompé son sélectionneur et éternel défenseur, Didier Deschamps.

Une maîtrise quasi-totale. Certes, la victoire est méritée, tant la France a eu le contrôle du ballon et les Néerlandais ont été peu inspirés. Surtout en première période… Mais après la pause, les Bleus ont quelque peu relâché le rythme, peut-être un peu fatigués, trois jours après leur match nul en Allemagne (0-0). Les Oranje, eux, n'ont pas manqué de jus et ont su un instant profiter des temps faibles tricolores.

Sur leur premier tir cadré, les partenaires de Memphis Depay ont jeté un léger froid dans les travées dyonisiennes, grâce à Ryan Babel (67e), servi par le Lyonnais Kenny Tete... Avant que Giroud ne réchauffe tout ce beau monde, quelques minutes après.

Une ambiance de fête. Le stade a donné de la voix sur chaque but marqué par les Bleus… à l'échauffement. Après avoir déployé un tifo gigantesque couvrant trois tribunes à l'entrée des joueurs, les supporters se sont ensuite époumonés sur une belle Marseillaise a cappella.

Mais la fête ne s'est pas arrêtée là pour recommencer après le match. Durant les 90 minutes, le public du Stade de France n'a jamais lâché les siens, même après l'égalisation. "Il a toujours été derrière nous, on avait envie de se battre jusqu'au bout pour ce merveilleux public et nos proches qui étaient là ce soir", a ainsi salué Olivier Giroud au micro de M6. "Ce soir, on est là, au Stade de France, c'est plein, c'est beau. La coupe, elle est ici. C'est le moment pour fêter avec tout le monde, les personnes qui n'étaient pas là le jour J", lui a emboîté le pas Paul Pogba.

 

Les Bleus ne lâchent pas leur trône. Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour un beau moment de communion populaire. Grâce à cette victoire, l'équipe de France trône désormais seule en tête du groupe 1 de la Ligue des nations, devant l'Allemagne, qu'elle retrouvera le 16 octobre au Stade de France, trois jours après un déplacement aux Pays-Bas. Avec, toujours, ce statut de champion du monde à défendre.