Ligue des champions : Zidane, une légende unanimement saluée

  • A
  • A
Et un, et deux, et trois Ligue des champions pour Zidane.
Et un, et deux, et trois Ligue des champions pour Zidane. © GENYA SAVILOV / AFP
Partagez sur :
Les hommages à Zizou, premier entraîneur à remporter trois fois de suite la Ligue des champions, ont plu sur les réseaux sociaux.

Zinédine Zidane repousse les limites de l’impossible. Zizou est devenu le premier entraîneur de l’histoire à gagner trois fois consécutivement la Ligue des champions, samedi soir lors de la victoire du Real Madrid contre Liverpool (3-1). Avec ce nouveau succès, le champion du monde 98 a écrit une nouvelle page de son incroyable légende. Sur les réseaux sociaux, stars et anonymes n’avaient plus de superlatifs suffisants pour lui rendre hommage.

Géant parmi les géants. Commençons d’abord par une statistique édifiante. Avec trois Ligue des champions, Zidane a dépassé au palmarès des entraîneurs légendaires comme Pep Guardiola, José Mourinho ou Sir Alex Ferguson. Le tout alors qu’il n’a commencé sa carrière de coach qu’il y a… deux ans et demi.

Le "respect" et "l’admiration" de Teddy Riner. Teddy Riner, lui aussi l’un des plus grands sportifs français de tous les temps, s’est joint à cette pluie de compliments. "Profond respect et énorme admiration pour cet entraîneur exceptionnel", a écrit le double champion olympique sur Twitter.

Zizou président. Guillaume TC, célèbre sur Twitter pour ses détournements, a publié une photo où l’on voit le visage de Zidane remplacer celui d’Emmanuel Macron, en train de marcher sur les Champs-Elysées lors du défilé du 14-Juillet.

Le "meilleur joueur" et le "meilleur entraîneur français" de l’histoire. Pour le journaliste Nabil Djelitt, également consultant sur Europe 1, Zidane est le "meilleur joueur français de tous les temps et désormais meilleur entraîneur aussi". "Qui peut oser dire le contraire ?", demande-t-il.

De nombreux internautes ont également réclamé la venue de Zidane au poste de sélectionneur de l’équipe de France. Mais ça, c’est une autre histoire.