Ligue des champions : le PSG s'impose largement contre Basaksehir

, modifié à
  • A
  • A
Neymar
Neymar a inscrit un triplé. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Le PSG a battu Basaksehir mercredi soir en Ligue des champions (5-1), grâce à un triplé de Neymar et un doublé de Mbappé. Déjà qualifiés pour les 8e de finale de la compétition, les Parisiens prennent la tête de leur groupe. Le match a repris mercredi, après avoir été interrompu la veille suite aux accusations de racisme contre le quatrième arbitre.

Un triplé pour une victoire 5-1 éclatante. Dans une soirée où les esprits étaient encore à la polémique sur le racisme, Neymar a livré un festival de football au Parc des Princes mercredi avec un triplé face au Basaksehir Istanbul (5-1).

Neymar a brillé

Une frappe enroulée de toute beauté (21e), un contre (36e) et une lourde frappe à l'entrée de la surface (50e), plus un penalty offert à Kylian Mbappé : le Brésilien a brillé pour offrir au PSG, déjà assuré d'aller en huitièmes de finale de Ligue des champions, la première place du groupe H.

Avant d'offrir une démonstration sportive, Neymar a pris part à celle contre le racisme, au lendemain de l'interruption, inédite en C1, de la rencontre, qui a soulevé un élan général contre le racisme dans le monde du football. Mardi, après moins d'un quart d'heure de jeu, les joueurs des deux équipes avaient quitté la pelouse après que l'entraîneur adjoint du club turc, Pierre Achille Webo, a accusé de racisme un arbitre assistant qui l'avait désigné comme "le noir".

Les joueurs se sont agenouillés 

Avant le coup d'envoi des 76 minutes restantes du match, "Ney" s'est agenouillé avec tous les joueurs des deux équipes et les nouveaux arbitres, reprenant le geste né aux Etats-Unis et devenu un symbole du mouvement "Black Lives Matter" contre le racisme et les violences policières.

Le Brésilien a également levé le poing et baissé la tête, lui qui avait déjà été au cœur d'une affaire de racisme en septembre, quand il avait accusé le défenseur marseillais Alvaro Gonzalez de l'avoir traité de singe dans un match de championnat à l'ambiance délétère.