Ligue 1 : Dijon s'enfonce, Montpellier ralentit, Toulouse et Rennes dos à dos

, modifié à
  • A
  • A
Cinq défenseurs titularisés au coup d'envoi n'ont pas suffi pour que le DFCO prenne un point à Nantes.
Cinq défenseurs titularisés au coup d'envoi n'ont pas suffi pour que le DFCO prenne un point à Nantes. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Trois matches se déroulaient en début d'après-midi dimanche, pour le compte de la 35e journée de Ligue 1. Dans la lutte pour le maintien, Dijon s'enfonce. Et Montpellier s'éloigne de l'Europe.

Mauvaise opération pour Dijon dans la course au maintien. Les Bourguignons ont été surclassés à Nantes (3-0) dimanche, lors de la 35e journée de Ligue 1, et s'enfoncent un peu plus au classement : Dijon est 19e, place qui offre un voyage directement vers la Ligue 2, à deux points derrière Caen (18e).

La "muraille" dijonnaise s'est écroulée. Cinq défenseurs titularisés au coup d'envoi n'ont pas suffi pour que le DFCO prenne un point à Nantes. Sa "muraille" s'est écroulée en seconde période, et puisque l'attaque a perdu son efficacité, à l'image de Julio Tavares qui n'a plus marqué depuis août, Dijon, qui a fini à dix, est reparti de la Beaujoire avec une nouvelle déception. Les Canaris, qui ont marqué avec Abdoulaye Traoré (52), Kalifa Coulibaly (74 s.p.) et Valentin Rongier (80), ont eux gagné leurs cinq derniers matches pour doubler (11e, 46 pts) le grand rival rennais (13e, 45 pts), qui lui n'avance plus.

Amiens-Montpellier, le nul qui n'arrange pas. Les Amiénois, eux, ne sont toujours pas à l'abris après leur match nul à Montpellier (1-1). Les Picards sont 16e et à quatre points de Caen (18e), barragiste. Montpellier (5e, 55 pts) a pour sa part cédé du terrain dans la course pour l'Europe, étant désormais à cinq longueur de Saint-Etienne, 4e. Les Héraultais avaient commencé leur sprint pour la Ligue Europa avec le meilleur départ possible, par un succès de prestige contre le champion Paris (3-2), mardi.

Mais ils ont manqué de souffle pour enchaîner face au mal-classé picard. Le but annulé à la 90e minute d'Andy Delort en raison du hors-jeu d'un coéquipier au départ de l'action, après une minute de célébrations, a mis un stop brutal à leur mission.

Gueule de bois pour Rennes. Rennes a retrouvé l'ivresse de soulever la Coupe de France, après 48 ans de sécheresse, mais c'est avec une gueule de bois qu'il termine le Championnat. A Toulouse (2-2), les Bretons ont enchaîné un 8e match consécutif sans victoire, malgré le 9e but de Mbaye Niang, leur attaquant en forme. Paradoxalement, leur belle saison, avec qualification pour la Ligue Europa à la clé, risque de se terminer hors du top 10, pour la première fois depuis 2014.