Largement remanié avant d'affronter le Real, le PSG s'impose à Troyes (2-0)

, modifié à
  • A
  • A
Christopher Nkunku
Christopher Nkunku a permis à Paris de prendre le large. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Unai Emery avait opté pour un onze inédit à trois jours de recevoir le Real Madrid. Ce qui n'a pas empêché Paris de glaner trois nouveaux points.

Malgré un onze inédit, le PSG s'est imposé à Troyes (2-0) samedi, pour son dernier match avant le 8e de finale retour tant attendu de Ligue des champions, prévu mardi, face au Real Madrid.

Première titularisation, premier but pour Nkunku. Angel Di Maria et le jeune Christopher Nkunku (qui vivait là sa première titularisation) ont inscrit les deux buts d'une rencontre marquée par l'absence de nombreux cadres parisiens : la superstar Neymar (opéré du pied droit samedi au Brésil), les convalescents Kylian Mbappé et Marquinhos, et trois joueurs ménagés (Marco Verratti, Javier Pastore et Edinson Cavani). L'Argentin a ouvert le score d'une subtile balle piquée (47), soit son 13e but en 2018 (pour 9 passes décisives). À la limite du hors jeu, Christopher Nkunku a enfoncé le clou à la 77e, d'une frappe du droit. L'entraîneur troyen Jean-Louis Garcia, pour qui le jeune attaquant était en position de hors jeu, a lui été renvoyé en tribune après le but.

À noter également l'entrée, à la 78e minute, de Timothy Weah, fils de l'ex-buteur maison George et actuel président du Libéria, qui a connu, à 18 ans, ses premières minutes en pro. Le nouveau venu a même failli inscrire son premier but, obligeant le gardien troyen à la parade après une contre-attaque parisienne à la 94e minute.

"Bons et sérieux pour être prêts mardi". Le PSG maintient son rythme de croisière vers le titre de la L1, reprenant 14 points d'avance sur son dauphin Monaco, vainqueur de Bordeaux vendredi (2-1). "On a été sérieux du début jusqu'à la fin, on a continué à jouer à la fin, on a produit du jeu et on a été efficace devant, donc c'est bien", a commenté au micro de Canal + le gardien parisien Alphonse Areola. Et de conclure : "Il y a une échéance très importante pour nous et pour le club. Il fallait être bons et sérieux pour être prêts pour mardi (contre le Real Madrid). Bien sûr, tout le monde attend l'exploit, rien n'est impossible. A nous d'abattre toutes nos cartes et de tout poser sur le terrain".